Perquisition au siège d'Ikea dans l'affaire de surveillance

le
0
LE SIÈGE FRANÇAIS D'IKEA PERQUISITIONNÉ
LE SIÈGE FRANÇAIS D'IKEA PERQUISITIONNÉ

PARIS (Reuters) - Le siège français du géant de l'ameublement Ikea, à Plaisir (Yvelines), a été perquisitionné jeudi dans l'enquête sur des soupçons de surveillance illégale de salariés et de clients, a-t-on appris auprès de la direction de l'entreprise.

Une dizaine de personnes ont été mises en examen depuis le début de l'enquête ouverte en 2012 après le dépôt de plaintes par les syndicats FO et CGT.

En février 2011, Le Canard Enchaîné avait accusé la filiale française du groupe suédois d'avoir "fliqué" des salariés et des clients, en se procurant des renseignements sur leurs antécédents judiciaires, policiers ou leurs comptes en banque.

"Ikea France coopère avec les autorités policières et judiciaires. Les allégations de non-respect de la vie privée sont prises très au sérieux et Ikea a tout fait pour que des pratiques contraires à ses valeurs ne puissent plus se reproduire à l'avenir", dit la société dans un communiqué.

L'enseigne avait fait part le 6 avril 2012 de pratiques regrettables, contraires aux valeurs et standards éthiques et décidé de refondre sa gouvernance pour que ces pratiques ne puissent se reproduire.

Le 18 mai 2012, elle avait annoncé le départ de quatre dirigeants. Ikea a "depuis mis en place une organisation, garante de ses valeurs et standards éthiques", dit le texte.

Plusieurs autres perquisitions ont été effectuées dans des enseignes de géant de l'ameublement en région parisienne et en province. La dernière datait du 8 octobre à Franconville (Val-d'Oise), où avaient été découvertes les premières informations sur un système de surveillance illicite.

Gérard Bon, édité par Gilles Trequesser

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant