Perpspectives de notation négatives en 2012 pour les entreprises de la zone EMEA

le
0
(NEWSManagers.com) - L' année 2012 s' annonce difficile pour les entreprises non financières de la zone EMEA (Europe, Moyen-Orient, Afrique), selon une étude publiée le 12 janvier par Moody' s Investors Service. L' agence justifie son pronostic en mettant essentiellement en avant la crise de la dette en Europe, la fragilité du contexte macroéconomique, le repli de la confiance des consommateurs et la dégradation des conditions de financement.

" Nous attendons cette année des abaissements de notation nettement supérieurs aux relèvements, tant pour les entreprises issues de la catégorie investissement (investment-grade) que spéculative (speculative-grade)" , indique Jean-Michel Carayon, senior vice president au sein du groupe Credit Policy qui co-signe cette étude. Cette tendance s' inscrit dans la continuité de la dégradation observée fin 2011, avec au quatrième trimestre des abaissements qui ont été neuf fois supérieurs aux relèvements, précise-t-il.
Les turbulences sur les marchés financiers, les efforts d'assainissement des finances publiques et le désendettement du secteur bancaire devraient, selon Moody' s, continuer à peser sur la croissance en 2012. Les prévisions de l' agence de notation, notamment pour la zone euro, s' accompagnent d' un degré élevé d' incertitude avec un risque de baisse significatif qui serait de nature à affecter la qualité de crédit des entreprises.

Moody's souligne que les émetteurs entrant dans la catégorie spéculative affichent d' importants besoins de refinancement et leur profil de liquidité, actuellement solide, ne leur assurera qu' une flexibilité à court terme. Un accès durablement restreint aux marchés pourrait tester la capacité de nombreuses entreprises notées en catégorie spéculative à conserver un profil de liquidité suffisant et dès lors, remettre en question leur notation.

Au regard des scénarios macroéconomiques actuels, Moody' s anticipe en 2012 une hausse modérée du taux de défaut dans la catégorie spéculative par rapport au niveau faible - moins de 3% - enregistré en 2011. Dans l' hypothèse de scénarios macroéconomiques plus pessimistes et de l' entrée en récession de la zone euro, le taux de défaut pourrait, tout en se limitant à un chiffre, suffisamment augmenter pour s' établir dans le haut de la fourchette.

Les émetteurs publics et les entreprises dont les activités sont géographiquement concentrées dans des pays économiquement peu performants sont plus exposés à des sources de tension négatives dans une conjoncture économique difficile. Selon Moody' s, les mesures d' austérité seront par ailleurs plus directement préjudiciables aux sociétés dont le chiffre d' affaires est fortement dépendant des dépenses publiques.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant