Perpignan : les Espagnols raflent le chantier de la caserne, les Français hurlent

le
16
Perpignan : les Espagnols raflent le chantier de la caserne, les Français hurlent
Perpignan : les Espagnols raflent le chantier de la caserne, les Français hurlent

Parfum de révolte dans les Pyrénées-Orientales. Le gros ?uvre de la nouvelle caserne des sapeurs-pompiers de Perpignan sera livré par Urcotex, une entreprise de Barcelone (Espagne). Elle a présenté un devis à 2,56 M?, contre 2,8 M? au premier concurrent français, pourtant installé sur place depuis quatre générations.

« En Espagne, les charges sociales sont moitié moins élevée qu'en France ce qui, au final, représente un avantage de 25% sur une offre française de même niveau », s'étrangle Guy Durand, le président de la fédération départementale du bâtiment qui a déposé un recours en référé devant le tribunal administratif de Montpellier (Hérault). « Nous ne réclamons pas une mesure protectionniste, poursuit l'entrepreneur mais une concurrence légale et égale au niveau européen. » Dans un département où le bâtiment a perdu 3000 emplois en huit ans et où le taux de chômage tourne autour de 14%, la décision de Perpignan passe mal.

«On ne peut pas écarter une entreprise»

« La situation de nos entreprises est catastrophique renchérit Jean-Jacques Planes, président de la fédération régionale du bâtiment. Et pourtant il existe des solutions : imposer par exemple dans les appels d'offres des clauses environnementales et d'insertion d'ouvriers locaux. Pour l'entreprise de Barcelone, le bilan carbone sera forcément bien moins favorable que pour une entreprise locale. » Il promet d'ailleurs une grande manifestation en juillet.

« Les élus doivent respecter le Code européen des marchés publics. On ne peut pas écarter une entreprise même si je comprends le point de vue des entrepreneurs locaux. Il s'agit là d'un lot de 2,5 M? sur un chantier de 12 M? », se défend Marcel Mateu, vice-président du Sdis (service départemental d'incendie et de secours).

« La meilleure façon d'éviter ça, c'est d'articuler les deux articles (14 et 53) sur la clause d'insertion et ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • jim030 le lundi 17 juin 2013 à 12:17

    on s'en moque frenchees

  • MIKE3000 le vendredi 14 juin 2013 à 19:46

    vive les french taxmen socialo-peries

  • adrarn14 le vendredi 14 juin 2013 à 15:53

    C'est mort le bâtiment pour les entreprises françaises avec l'Europe entre les pays de l'est et le sud Espagne,Portugal faut monter des sociétés là bas pour survivre.

  • nebraska le vendredi 14 juin 2013 à 15:33

    Hé oui !!! Vive l'europe et surtout vive la france avec ses 35H00, ses 6,5 millions de fonctionnaires, ses charges imposantes sur les entreprises...... Les 25% d'écart pourraient etre inexistantes sans notre magnifique social qui nous étouffe.

  • M4369955 le vendredi 14 juin 2013 à 15:29

    Et oui VIVE l'EUROPE !

  • noterb1 le vendredi 14 juin 2013 à 15:16

    l'objectif ? prouver aux Fraçais que le travail coûte trop cher ( jamais le capital ) et le mieux est de le prouver sur place . Personne ne veut travailler à 1 euro de l'heure comme chez notre modèle allemand ? alors le mieux est de le faire chez nous avec des immigrés ! dont acte . On a compris. L'an prochain UMP et PS seront d'accord pour dénoncer les extrèmes lors des élections .

  • M4369955 le vendredi 14 juin 2013 à 14:49

    Vite Dupont aignan je préfère !

  • dupon666 le vendredi 14 juin 2013 à 14:45

    Vite Asselineau...avant de se retrouver depouillé par l'europe US

  • M4369955 le vendredi 14 juin 2013 à 14:44

    MERCI D'ECRIRE FRANCAIS CORRECTEMENT SVP !!!

  • jim030 le vendredi 14 juin 2013 à 14:40

    attain, ta pas vu des rom et europe de l'est. lito etc ki arrive. toi va baisé. sont CE lol.toi dans kaka.