Perpignan : Le président Rivière ne se souvient pas de son accident

le
0
Perpignan : Le président Rivière ne se souvient pas de son accident
Perpignan : Le président Rivière ne se souvient pas de son accident

Deux mois après son accident de manège qui l'a plongé dans le coma, le président de l'USAP François Rivière a raconté ce qu'il a vécu à France Bleu Roussillon. Il assure ne pas se souvenir des circonstances de cet accident et s'est dit ému par le soutien dont il a fait l'objet.

Le 18 décembre dernier, le président du club de Perpignan François Rivière a été victime d’un grave accident de manège. Un accident qui l’a plongé dans le coma et dont il assure n’avoir aucun souvenir. « Je n'ai aucun souvenir de la journée en question et de l'accident en particulier. C'est le blackout complet. Je n'ai repris mes esprits que lorsque j'étais à l’hôpital, a confié le dirigeant de l’USAP à France Bleu Roussillon. Les médecins disent que ce n'est pas plus mal car cela évite de faire des cauchemars et de ressasser les conditions de mon accident. Le réveil a quand-même été dur, car c'était quand même le jour de l'enterrement de ma mère et j'ai eu besoin que mon épouse me raconte ce qui s'était passé, dans quelle condition ma mère était décédée, et puis lorsque vous vous retrouvez à l'hôpital, finalement vous reprenez vos esprits assez vite, mais vous ne vous souvenez pas pourquoi vous êtes là, c'est difficile. »

Aucun handicap suite à l’accident

Le président Rivière a fait un point sur sa santé et assure qu’il n’aura aucun handicap en conséquence de cet accident. Il s’est aussi dit ému des témoignages de soutien qu’il a pu recevoir. « J'ai une pensée pour tous ceux qui ont ce type d'accident et qui parfois ne s'en sortent pas aussi bien puisque moi je n'aurai pas de handicap, a assuré le président de l’USAP. Mais je voudrais aussi souligner qu'on est dans un monde où on critique beaucoup, moi j'ai été stupéfait par les centaines de messages que j'ai reçus, des courriers, sans parler de l’opération peluches, les gens ont été choqués par mon accident et il y a eu un mouvement populaire très important et ça c'est primordial pour la guérison. » Ce qui est certain, c’est que François Rivière, s’il reste affaibli et assure avoir besoin de repos, ne compte pas abandonner l’USAP d’ici peu. « Cet accident change deux choses : j'ai une famille très proche, mon épouse, mes enfants, quelques amis, mon associés qui se sont beaucoup occupés de moi et cet accident change le regard que vous avez sur ceux qui vous sont proches, a conclu François Rivière. Et puis j'avais beaucoup d'activités, et que peut-être je vais un peu simplifier dans les mois qui viennent notamment sur Paris pour pouvoir me consacrer à l'essentiel, l'USAP à Perpignan. »

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant