Pernod Ricard Le dividende augmente de 10%

le
0

(lerevenu.com) - Aussi bien en termes de ventes que de profits, le groupe d'alcools et de spiritueux a réussi à afficher, comme l'a précisé le directeur général Pierre Pringuet, «les meilleurs taux de croissance depuis la crise de 2008». Le chiffre d'affaires annuel a totalisé 8,2 milliards d'euros, en progression de 8% et le bénéfice net part du groupe a atteint 1,146 milliard, en hausse de 10% pour la seconde année consécutive.

Le désendettement (-385 millions d'euros), point auquel de marché prête la plus grande attention, s'est poursuivi au même rythme que l'an dernier, hors acquisitions et cessions. A fin juin, la dette nette s'élevait à 9,3 milliards. Comme cet endettement ne représente plus que 3,8 fois l'excédent brut d'exploitation (4,4 fois à fin juin 2011), le crédit syndiqué accordé à Pernod Ricard verra sa marge réduite de 0,15 point.

A l'assemblée générale du 9 novembre prochain, il sera soumis au vote des actionnaires un dividende de 1,58 euro par action, en augmentation de 10%. Après l'acompte de 0,72 euro par action versé le 5 juillet dernier, le solde de 0,86 euro sera, lui, détaché le 14 novembre et mis en paiement le 19 novembre. Ce dividende représente un taux de distribution de 35% du résultat net courant.

Après le décès soudain de Patrick Ricard, les changements de gouvernance attendus ont été confirmés. Pierre Pringuet conserve ses fonctions de directeur général mais se voit attribuer aussi le titre de vice-président du conseil d'administration. S?ur de Patrick Ricard, Danièle Ricard a été nommée présidente du conseil d'administration. Enfin, Alexandre Ricard a été nommé directeur général délégué. Il est prévu que le neveu de Patrick Ricard deviendra, en janvier 2015, date de la limite d'âge des fonctions statutaires de Pierre Pringuet, PDG de Pernod-Ricard.

Cheuvreux a porté un regard plutôt bienveillant à ces comptes 2011-2012, en dépit d'un bénéfice net par action et un désendettement un peu inférieurs à ce que son analyste attendait. Le courtier regrette aussi que, comme à leur habitude, aucune perspective chiffrée ne soit tracée par les dirigeants.

Avec un ratio cours/bénéfice élevé de 19, l'action Pernod-Ricard paraît chère, ce qui limite son potentiel, et incite, pour l'instant, à en rester à l'écart.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant