Permis de conduire : des mesures nécessaires mais déjà contestées...

le
2
Permis de conduire : des mesures nécessaires mais déjà contestées...
Permis de conduire : des mesures nécessaires mais déjà contestées...

Il suffit parfois de petits riens pour qu'une mécanique bien huilée se grippe jusqu'à bloquer tout le système. A partir des années 2000, à la suite de la suppression du service militaire -- qui permettait à des milliers de jeunes de passer leur permis gratuitement -- et de l'allongement de la durée de l'examen, passé de vingt-deux à trente-cinq minutes, les délais d'attente pour passer le permis de conduire se sont considérablement allongés. Jusqu'à atteindre aujourd'hui quatre-vingt-dix-huit jours pour celui qui doit repasser l'épreuve pratique après un premier échec. Dans un rapport remis mardi au ministre de l'Intérieur, un groupe de travail composé de spécialistes de la sécurité et de l'éducation routière émet plusieurs recommandations pour faciliter le passage du « premier examen de France ». Mais certaines mesures sont loin de faire consensus.

Au moins 150 inspecteurs à recruter en urgence

Les experts estiment « incontournable » le recrutement d'inspecteurs pour désengorger la file d'attente à l'examen. « Les besoins ont été estimés entre 80 et 400 postes en fonction du périmètre d'action qui leur serait confié », pointe le rapport qui préconise 150 recrutements minimum. Certains experts suggèrent de confier à des sociétés privées ayant une délégation de service public le soin d'organiser l'épreuve du Code. Mais le corps des inspecteurs du permis y est réticent, souhaitant « ne pas être cantonné aux seuls passages des examens pratiques ».

« Et pourquoi ne pas faire passer cet examen théorique dans les établissements scolaires, en faisant appel à des enseignants d'auto-école ? » suggère la présidente de la Ligue contre la violence routière, Chantal Perrichon.

Faire payer l'examen

Pour financer le recrutement d'inspecteurs supplémentaires, le rapport émet plusieurs pistes. Certaines organisations syndicales suggèrent d'assurer « la couverture du service du permis de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • frk987 le vendredi 25 avr 2014 à 09:30

    Allons blackmax il ne faudrait surtout pas que l'EN ait un but formateur utile, tellement plus utile d'enseigner les vertus du socialisme que le code de la route.

  • blackmax le vendredi 25 avr 2014 à 07:55

    Et pourquoi ne pas faire passer cet examen théorique dans les établissements scolaires, en faisant appel à des enseignants d'auto-école ? » suggère la présidente de la Ligue contre la violence routière, Chantal PerrichonBen voyons allons-y on n'a que ça à faire dans les lycées pauvre pomme !