Perisic fait craquer l'Espagne

le
0
Perisic fait craquer l'Espagne
Perisic fait craquer l'Espagne

Appliquée défensivement face à une Espagne d'attaque, la Croatie réalise un joli coup en décrochant la tête du groupe pour s'épargner l'Italie au prochain tour. Pour la Roja, les jours s'annoncent plus difficiles...

Croatie 2-1 Espagne

Buts : Kalinic (45e), Perisic (88e) pour la Croatie ; Morata (7e) pour l'Espagne

Dans les tribunes du Matmut, un boum retentit. Soudainement, laissant échapper un bruit sourd. En provenance de la tribune croate, l'explosion fait craindre le pire. Les supporters de l'équipe à damiers ont-ils une encore décidé de foutre le bordel pour contrarier leur fédération ? Pas cette fois. En réalité, la bombe artisanale vient illustrer la bonne réaction croate. Menés par une Espagne dominatrice, les partenaires d'Ivan Rakitic reviennent au score de la plus belle des façons et au meilleur des moments, juste avant la mi-temps. De quoi déchainer quelques passions, restreintes sous la chaleur bordelaise au simple football. Et du bon football. Car pour la finale de ce groupe D, déterminante pour la première place et donc, l'adversaire à suivre, les deux équipes ont proposé le spectacle que laissaient entrevoir leurs précédentes performances. Mieux, grâce à un penalty manqué de Ramos, et le but ultime de Perisic, la partie a offert un retournement qui risque de compter pour la suite…

La démo de Kalinic


Pour Ante Cacic, pas facile pourtant d'aborder sereinement cette rencontre. Touchés, ses deux stars, Modric et Mandzukic, doivent céder leur place. Heureusement, le réservoir croate est profond. Aligné en position de numéro 10, Rakitic a la lourde charge de remplacer le nain bandé et d'alimenter Kalinic en bons ballons. Une mission peu aisée tant le milieu de terrain espagnol maitrise les débats. Sans rien changer par rapport aux deux oppositions précédentes, Del Bosque enferme les velléités croates dans les chaloupés de Silva, le placement de Busquets et la classe d'Iniesta. Le pire étant, que la Croatie craque rapidement derrière.

Sur un ballon repoussé par Jedvaj (alors que Morata était hors-jeu), Silva hérite du cuir et glisse une merveille de passes entre trois joueurs. Fabregas pique, Morata pousse au fond, et l'Espagne s'assure une partie plus sereine. D'autant que son attaque cartonne. Les possessions s'enchainent, les frappes aussi, et il faut un très bon Subasic, en plus d'une dose de réussite sur coup de pied arrêté pour ne pas voir…






Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant