Peri¨i? et sa période de Doubs

le
0
Periši? et sa période de Doubs
Periši? et sa période de Doubs

Il n'est ni le premier, ni le dernier à être passé en France, incognito, et à exploser, hors de nos frontières. En 2006, il pose ses valises dans le Doubs, mais malgré tout le bien qu'on a en dit, il a fait sa vie ailleurs.

Il court, il bondit, il sprinte comme si sa vie en dépendait. Kalinić, lui, n'a plus vraiment les jambes. Il faut dire que lui et ses copains ont passé plus d'une heure à courir derrière le ballon, confisqué par les Espagnols. Alors, quand le Florentin voit passer un lapin Duracell sur sa gauche, il n'hésite pas. Il lui met le ballon dans la course. Et tant pis s'il est excentré, tant pis s'il y a Piqué à proximité, tant pis si c'est un peu mou, il saura certainement mieux quoi faire de cette ultime opportunité. Contrôle pied gauche, il lève la tête, De Gea bouche mal son angle, il prend donc sa chance. Frappe quasi instantanée, les filets qui tremblent, 2-1, la Croatie est première de son groupe et confirme tout le bien qu'on a pu en dire depuis le début de l'Euro. Ivan Perišić est fou. Il tombe le maillot, sort les muscles, et va célébrer cette douceur face à ses supporters, dans les bras de ses coéquipiers. Grégoire Margotton lâche quelques mots, révélateurs sur l'attaquant de l'Inter : "Ivan Perišić est un joueur de très, très grande classe." Des mots trop rares associés à ce joueur parce que trop irrégulier, trop timide, pas assez charismatique. Surtout lors de sa formation à Sochaux. Et pourtant...

Joindre les deux Doubs


Pourtant on l'a un peu oublié, ou bien caché, mais l'une des actuelles sensations de cet Euro a bien démarré sa carrière en France. En 2006, Josip Skoblar, recruteur à Marseille, repère un jeune talent de son pays, mais n'arrive pas à le caser dans le club phocéen. Alors il en parle à Jean-Claude Plessis, président du FC Sochaux-Montbéliard : "On est allé le voir, chez lui en Croatie, à Split, et on n'a pas été déçu." Enis Sadikovic, membre de l'équipe marketing du club et traducteur de circonstance, est également du voyage : "On est allé chez lui pour le rencontrer, faire connaissance avec sa famille aussi. On était dans le restaurant d'un ami, au bord de l'eau, et au milieu de la conversation, Alain Perrin, alors entraîneur de la première, soumet l'idée qu'il prépare son sac directement et qu'il monte dans notre avion de dix places, juste après l'entretien. Lui et sa famille ont tout de suite été séduits par son discours. Ivan est venu avec nous." Et ce, alors que d'autres clubs plus huppés comme le PSV, l'Ajax et Hambourg font…


Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant