Pepy : «Le conflit social a été dévastateur» 

le
0
INTERVIEW - Le PDG de la SNCF se félicite par ailleurs de l'accord conclu avec l'État sur le financement des trains intercités, qui aura aussi un impact sur les tarifs du TGV.

«Quarante lignes (...) conservées et modernisées.» Nicolas Sarkozy, en déplacement à Troyes jeudi, a annoncé la conclusion entre l'État et la SNCF d'une convention au bénéfice des trains interrégionaux, ceux qui ne sont ni des TER ni des TGV. L'accord permet d'équilibrer l'exploitation de l'activité. Comme ceux conclus avec les régions, par exemple avec l'Ile-de-France pour les Transiliens, le contrat inclut un dispositif de bonus-malus, conditionné au respect par la SNCF de conditions de qualité de service, dont la ponctualité.Dans un entretien au Figaro, Guillaume Pepy, le président de l'entreprise publique, détaille cet accord. Il revient aussi pour la première fois sur le conflit social national qui a affecté les comptes et l'activité de la SNCF sans, cette fois, la «bloquer». Un coup de chapeau donc au ­service minimum.

LE FIGARO - Quel est l'objectif del'accord portant sur les trains interrégionaux annoncé hier parNicolas Sarkozy?

Guillaume Pepy

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant