Pénurie de profs : «Priorité aux classes à examen», demande Vallaud-Belkacem

le
6
Pénurie de profs : «Priorité aux classes à examen», demande Vallaud-Belkacem
Pénurie de profs : «Priorité aux classes à examen», demande Vallaud-Belkacem

À la veille de présenter une série de mesures destinées à améliorer l'efficacité du remplacement des professeurs absents, la ministre de l'Education nationale, Najat Vallaud-Belkacem, a accepté un entretien exclusif avec «Le Parisien» - «Aujourd'hui en France» sur ce sujet de crispation numéro un pour les parents d'élèves.

 

Quelle est votre réponse aux problèmes de remplacement des enseignants absents ?

Najat Vallaud-Belkacem. Elle est à la fois quantitative et qualitative. Entre 2012 et la rentrée 2017, nous aurons créé 5 000 postes supplémentaires de remplaçants. Aujourd'hui, nous prenons aussi des mesures pour améliorer l'efficacité du remplacement. Pour la première fois, je fais en sorte que le ministère soit lui-même totalement transparent sur le non-remplacement des absences : on publiera chaque année le nombre exact de jours et d'heures de cours perdus, académie par académie dans le premier et le second degré. Cette publication permettra de suivre les progrès et, soyons clairs, de mettre une forme de pression sur les académies pour faire mieux.

 

Sur quels critères un remplaçant est-il nommé dans une école plutôt qu'une autre ? Il semble que les premiers parents servis sont ceux qui crient le plus fort...

C'est possible et je ne l'admets pas. C'est insupportable. Il faut une réactivité égale selon les établissements scolaires et, s'il faut hiérarchiser les demandes, c'est en fonction de critères objectifs. Les classes à examen et les écoles à classe unique, par exemple, doivent avoir la priorité pour éviter encore plus que les autres de se retrouver longuement sans professeurs.

 

Dans certaines classes, des enseignants enchaînent les absences, sans réaction de l'administration. N'y a-t-il rien à faire ?

Les absences perlées révèlent souvent un besoin d'accompagnement de l'enseignant en question. La règle sera désormais de le recevoir très tôt au sein de la cellule de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • charleco il y a un mois

    Visitez le site ISESCO, vous y trouverez un fascicule de 100 pages : "Stratégie de l'Action Islamique Culturelle à l'extérieur du Monde islamique". Bigrement instructif.

  • M898407 il y a un mois

    La mesure la plus urgente est de changer cette ministre incapable qui a déjà rabaissé dangereusement le niveau de la scolarité en France.....

  • M8252219 il y a un mois

    Le ou la professeur principale devrait obligatoirement être à temps plein. Radier de l'éducation nationale les 35% de remplaçants qui ne répondent pas au convocation de remplacement . Remettre devant les élèves les 65 000 enseignants qui ne font jamais classe et sont employés en emplois fictifs auprès des associations et syndicats de gôche . LE MAMMOUTH EST IL INDOMPTABLE ?

  • serge537 il y a un mois

    merci a la censure rouge de boursorama

  • M3379984 il y a un mois

    on sauve alstom ??? mais l'education national pas ,plutôt de sprofs que des trains !

  • M898407 il y a un mois

    Dehors Belkacem, c'est la première mesure à prendre, et d'urgence....