Pénurie de médecins : le gouvernement va augmenter de 11% le numerus clausus

le , mis à jour à 13:06
8
Pénurie de médecins : le gouvernement va augmenter de 11% le numerus clausus
Pénurie de médecins : le gouvernement va augmenter de 11% le numerus clausus

La ministre de la Santé, Marisol Touraine, a annoncé jeudi à l'Assemblée un relèvement généralisé du nombre de médecins à former, avec 478 places supplémentaires, soit une augmentation de 11% s'ajoutant à la hausse décidée il y a un an pour certaines régions.

 

«Je vous annonce que le numerus clausus sera augmenté de 478 places supplémentaires dans 22 facultés, soit une augmentation de 11%», a indiqué la ministre dans l'hémicycle, lors du débat sur une proposition de loi UDI pour un «accès aux soins égal sur l'ensemble du territoire». Le numerus clausus détermine le nombre d'étudiants accédant à une deuxième année des études médicales. 

L'annonce a provoqué des réactions contrastées parmi les députés.

 

 

#DirectAN @MarisolTouraine annoncé le relèvement du numerus clausus : + 478 places dans 22 régions. Une vraie bonne mesure pour territoires.

— Ch. Pirès Beaune (@cpiresbeaune) 24 novembre 2016

 

 

 

#Touraine annonce l'augmentation du nbe de médecins... dans 10 ans ! Mais les déserts médicaux, c'est maintenant ! #déconnectée #DirectAN

— Jean-Louis COSTES (@jeanlouiscostes) 24 novembre 2016

 

 

Pénurie de médecins, déserts médicaux... La France nage en plein paradoxe : si le pays n'a jamais compté autant de médecins, avec 198.000 professionnels déclarés, le vieillissement actuel de la population fait exploser les besoins. Les dernières études sur le sujet estiment ainsi qu'en 2025, il y aura 10 % de généralistes en moins...

 

Le milieu hospitalier également touché

 

Le phénomène, d'abord connu pour affecter les zones les plus rurales, touche également les villes et le milieu hospitalier. Dernièrement, les mouvements de colère se multiplient. Fin septembre, une grève avait touché l'hôpital public pour alerter l'opinion sur la pénurie de médecins dans certains établissements.

 

«A l'heure où près de 30 % des ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • frk987 il y a 9 mois

    Pour mlemonn4 : lorsque mon père est mort, le médecin traitant avait très exactement à prendre l'ascenseur, pas trop dur, ben il a refusé......débordé de boulot qu'il a dit.

  • lopez69 il y a 9 mois

    Depuis quinze ans, aveugles et sourds!

  • M9941825 il y a 9 mois

    Les nouveaux médecins ne veulent pas s'installer à la campagne : en fabriquer plus ne résoudera pas le problème

  • brugere4 il y a 9 mois

    ce n'est pas tant le nombre de médecins qui est en cause mais avnt tout la répartition de ceux ci tant géographique que disciplinaire on a de plus en plus de spécialistes divers et variés et pas toujours dans les disciplines ou on a des besoins ,de moins en moins de vrais généralistes car beaucoup se tournent vers des activités plus lucratives ou moins prenantes ( acupuncture ,médecines douces ,médecine esthétique etc...) mais il était temps aussi de revoir le numérus clausus bonne décision

  • mlemonn4 il y a 9 mois

    Voilà encore une fois un exemple de bonne gestion de nos élites technocratiques avec l'ordre des médecins! Dans les territoires ruraux des personnes agées meurent ts les jours par faute de médecins de proximité et d'hôpitaux trop souvent éloignés des personnes; mais aussi parce que ces mêmes medecins de campagne ne veulent plus se déplacer, y compris pour des personnes dépendantes! Je leur souhaite vraiment qu'il n'arrive pas ce genre de mésaventure à mes parents !

  • lorant21 il y a 9 mois

    enfin!

  • pcuquel il y a 9 mois

    soyons honnêtes : s'il y a 10 ans de retard, ce sont ceux qui y était il y a dix ans (et ce qui y sont depuis) qui sont responsables

  • d.e.s.t. il y a 9 mois

    Touraine réagit, comme les socialistes en général, avec 10 ans de retard! car elle est trop occupée à visiter son fils qui est, lui aussi, à la Santé, mais là il s'agit de la prison!