Pénurie de médecins : faut-il supprimer le numerus clausus ?

le , mis à jour à 09:02
32
Pénurie de médecins : faut-il supprimer le numerus clausus ?
Pénurie de médecins : faut-il supprimer le numerus clausus ?

La tension n'a jamais été aussi palpable. Mercredi dernier, 13 médecins urgentistes de l'hôpital d'Avignon (Vaucluse), soit 50 % de l'effectif, ont démissionné pour dénoncer les conditions de travail. Une semaine plus tôt, une majorité des personnels médicaux hospitaliers faisait grève pour les mêmes raisons. Pour s'éviter un nouveau mouvement de colère le 12 octobre, la ministre de la Santé, Marisol Touraine, vient de lancer son « Plan pour l'attractivité de l'hôpital ».

 

A la clé, incitations financières et primes de fidélité... Mais malgré le « Pacte territoire santé » (2012), l'activité libérale en ville continue elle aussi à manquer de bras. Depuis 2007, les effectifs de généralistes ont fondu de 8 000 pour tomber à 89 000 en 2016. Malgré la multiplication des mesures, 30 % des effectifs médicaux restent vacants à l'hôpital tandis que le nombre de généralistes en ville chute encore. Que faire ? Depuis 1971, le « numerus clausus » fixe le nombre de places ouvertes en 2e année de médecine. Mais parmi les 7 646 postes ouverts en 2016, on sait que 25 % ne finiront pas leurs neuf ans d'études ou changeront de voie une fois diplômés (journalisme, administration...). Les incitations financières ne suffisant pas, ne faut-il pas explorer d'autres voies pour garantir l'accès durable de tous aux soins ?

 

 

LE DÉBAT. Doit-on supprimer le numerus clausus?

 

A gauche, Olivier Véran, et à droite, Dr Patrick Bouet (AFP / E. Feferberg. / S.Toubon.)

 

 

 

 

OUI, pour Olivier Véran

Neurologue, Ancien député (PS), il est l’auteur d’un rapport sur l’intérim à l’hôpital en 2013. Il est aujourd’hui conseiller régional en Auvergne-Rhône-Alpes.

 

Vous proposez de faire sauter le numerus clausus qui existe depuis trente-cinq ans chez les médecins. Pourquoi ?

Olivier Véran. Fixer le nombre de places en médecine, cela n'a plus de sens à ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • acharbi1 il y a un mois

    Évident qu'il faut supprimer le numerus clausus , il fut instauré pour protéger de la concurrence ,les médecins et leur rénumération

  • frk987 il y a un mois

    allons Idem12, en médecine vous pouvez bien avoir 14 de moyenne si vous êtes le 1000 eme et qu'il y 999 postes vous êtes VIRE. Alors que fait-on? on va choisir des infirmiers roumains que l'on baptise médecins et là ce sont des "blaireaux". Mais des blaireaux légaux qui ont le droit de vous tuer, pas celui qui a été éjecté avec une haute moyenne.

  • idem12 il y a un mois

    ben l'augmenter déjà au lieu de toujours être des les extrêmes....pas envie d'être soigné par un blai;reau non plus.

  • milano12 il y a un mois

    la France coule doucement comme le titanic

  • nlecomte il y a un mois

    le bon sens veut que oui

  • M3155433 il y a un mois

    "Faites le 15 pour etre soigné aux urgences"...bin c'est la politique de P.Pelloux , je ne comprenais pas pourquoi il continuait d'accepter toute la "bobologie" aux urgences surchargées ....Une emission tv : l'hopital reçoit un forfait de 250€ par entree aux urgences !! Ca nous coute tres tres cher !! plutot que 23€ !!! Mais c'est le reflet de la tres mauvaise gestion politicarde , comme partout ailleurs (faire un TGV a Limoges! deficit SNCF 45Mds €)

  • M3379984 il y a un mois

    sous le gouvernement Mauroy le numérus a été réduit , on a dit ,comme ça moins de médecins moins de malades,resultat 30ans apres , on le voit ! et qui paye ce résultat ? ce sont les gens des campagnes surtout on a aussi , sous considéré leur travail et leur numération , comme ça on écoeure bien ceux qui ont vraiment envie de faire se métier voilà , la politique de tirer tout par la bas !!

  • byscotte il y a un mois

    Mais que croyez vous ? tout est méthodiquement plannifié et calculé ! Et pour celui qui parlait de l'espérance de vie qui est censé " se rallonger " , ils ne vont pas nous faire bosser jusqu'à 65 ans ( Juppé , le retraité de 57 ans ) pour qu'on puisse bien se soigner une fois en retraite bien méritée. Stop le rêve .

  • M3379984 il y a un mois

    pres de chez moi , aujourd'hui voir '' le courrier picard '' cherche médecin urgent village hallencourt , les 2 sont partis a 67 ans en retraite en juin sans successeurhttp://www.courrier-picard.fr/region/hallencourt-commune-rurale-cherche-medecin-desesperement-ia174b0n862484de toute façon trop mal payé ! beaucoup de profession les salaires sont sup avec 35h !

  • ericlyon il y a un mois

    Comme pour les chefs d'entreprises il faut surtout ne pas les dissuader de travailler. Lorsque vous taxer ceux qui travaillent le plus ils arrivent forcément un jour où ils décident de travailler moins avec les conséquences que nous constatons moins de travail (du fait des chefs d'entreprise qui travaillent moins) et moins de médecins disponibles puisque eux aussi travaillent mois. C'est mathématique mais malheureusement nos dirigeants actuels ne comprennent pas bien.