Pentecôte travaillé ou férié : comment fonctionne la journée de solidarité ?

le
6
La journée de solidarité a été mise en place à la suite de la canicule de 2003.
La journée de solidarité a été mise en place à la suite de la canicule de 2003.

La contribution des salariés et des retraités a rapporté en douze ans plus de 30 milliards d’euros à la Caisse nationale de solidarité pour l’autonomie.

C’était après la canicule meurtrière de 2003 : le président Chirac et son gouvernement imaginent de sacrifier un jour férié pour financer une Caisse nationale de solidarité pour l’autonomie. Assoupli en 2008, puis étendu aux retraités, le mécanisme rapport plus de 3 milliards d’euros par an.

1. Comment cette journée de solidarité est-elle née ? 2003 : réagir après la canicule L’été 2003 a été marqué par une canicule qui a provoqué la mort prématurée de quelque 15 000 personnes, âgées pour la plupart.

Fragilisé par son long silence estival, plombé par la gestion jugée calamiteuse du gouvernement de Jean-Pierre Raffarin, Jacques Chirac avait tenté de reprendre la main en annonçant une mesure symbolique : les Français allaient devoir travailler un jour férié pour financer la solidarité en faveur des personnes âgées.

Le gouvernement songe d’abord au 8 mai, avant de trancher en faveur du lundi de Pentecôte, qui présente un double avantage. D’abord, ce n’est pas une fête religieuse – seul le dimanche de Pentecôte l’est. Et par définition, le lundi de Pentecôte ne tombe jamais le week-end et permet d’obtenir des ressources constantes.

2004 : une loi sur « l’autonomie » Le principe de cette journée de solidarité est retranscrit dans la loi du 30 juin 2004 :

« Une journée de solidarité est instituée en vue d’assurer le financement des actions en faveur de l’autonomie des personnes âgées ou handicapées. Elle prend la forme d’une journée supplémentaire de travail non rémunéré pou...

Retrouvez cet article sur LeMonde.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • jmlhomme il y a 7 mois

    Les journées de solidarité sont scandaleuses. On crée des mouroirs et on demande ensuite de payer pour des animations mais en meme temps on utilise au moins 40% à d'autres fins ( meme si cela reste de la solidaritée la plupart du temps) . Et en meme temps on nous montre que les syndicats ne vivent que des subventions ( ils n'ont plus besion de cotisaints et que leurs caisses sont pleines à plusieurs millions dans des fedérations locales ) . Plus de 2000 detachés Syndicat sans la seule Educ Natio

  • bearnhar il y a 7 mois

    Les gens sont toujours les premiers à chouiner pour LEURS anciens, par contre celui du voisin, aucune importance. Et idem pour LEURS gosses, ceux des autres coutent cher, les leurs sont des demis dieux. Marre de cette mentalité dans ce pays.

  • bearnhar il y a 7 mois

    Lorsqu'on veut avoir une famille on en assume la charge, je paye bien pour vos gosses alors que je n'en ai pas voulu et je ne me plaint pas. Au moins sur ce coup les politiques de l'époque ont financé la mesure, ça change des aides qu'on vote sans se soucier de comment on les finance.

  • pylenoir il y a 7 mois

    Là où je vous rejoint totalement c'est sur l'usage nébuleux de cet effort. Je suis certain qu'il y aurait moins de voyages présidentiels sans eux ou alors à crédit comme le reste. Curieusement un certain député du PS s'était fait une spécialité de comptabiliser les voyages présidentiels du temps de Sarkozy, il faisait de même de 2012 à 2014 ... il a arrêté depuis ... sa calculette n'a plus suffisamment de digits !

  • pylenoir il y a 7 mois

    ppsoft essayez d'être cohérent dans votre propos :: ainsi que vous le dénoncer ce sont nos policards socalistes qui nous endettent sans véritable profit (pas d'investissement, juste des cadeaux électoratiste façn Papandréon et fils en Grèce). Les "vieux se sont sortis les doigts du trou et ils ont fait les 30 glorieuses et tenté de palloier les mauvaises années 81-2002 et feront de même 2012-2017. Ils aident aussi leurs enfants et petits enfants. Il y a une solidarité descendante.

  • ppsoft il y a 7 mois

    Quelle arnaque, "cette journée de solidarité". L'utilisation des fonds collectés est plus qu'obscure. Par ailleurs on nous gonfle avec une journée de travail supplémentaire alors qu'à côté de ça l'Etat emprunte des sommes délirantes pour son financement. Enfin, ils sont bien gentils, les vieux, mais quand on voit tout le mRdier qu'ils nous laissent, mon envie de solidarité est très très limitée.