Peñaranda, le fusillé de Grenade

le
0
Peñaranda, le fusillé de Grenade
Peñaranda, le fusillé de Grenade

International vénézuélien, à peine majeur, détenteur d'un record qui appartenait à Messi, Adalberto Peñaranda, joueur de Grenade, est la nouvelle révélation de la Liga. Surtout, le gamin a survécu à une fusillade à Caracas.

Lionel Messi amasse les records. Alors, quand un joueur de dix-huit ans inconnu jusque-là lui en ôte un, un soir de match contre Levante, l'Espagne parle d'un événement. Adalberto Peñaranda est le plus jeune étranger de l'histoire de la Liga (18 ans et 195 jours) à inscrire un doublé. Oui, ça ne paraît pas grand-chose, puisqu'il bat la marque de la Pulga de 24 jours. Mais pour un football vénézuélien en crise, l'éclosion d'un jeune talent aux yeux de toute l'Europe captive. Le jeune attaquant offre la victoire à Grenade, en grande difficulté cette saison, le tout contre un concurrent au maintien. Son entraîneur, José Sandoval, résume simplement la découverte du jeune formé au Deportivo La Guaira : "Il a tapé à la porte, et il l'a démolie." Depuis, Peñaranda a signé à Watford, avant d'être de nouveau prêté à Grenade (l'empire Pozzo a encore frappé), a porté le maillot de sa patrie, a connu une sale période en Liga. Mais pas assez pour faire couler un homme qui a survécu à une fusillade à Caracas, il y a presque un an.

Bienvenue dans l'empire Pozzo

Une fusillade pendant une soirée entre amis


Récemment, Salomon Rondón expliquait dans une interview au Guardian les dangers de la vie au Venezuela. "La vie à Caracas n'est pas une vie. Il y a cette incertitude qui te suit, qu'un jour tu vas y passer, que tu vas quitter ta maison pour aller au travail, mais n'en reviendras pas. La ville est dans le chaos. C'est pire aujourd'hui. Quand j'y vivais, ce n'était pas si mal. Tu ne peux plus y vivre désormais", raconte l'attaquant de West Bromwich. Adalberto Peñaranda n'a pas eu le temps de souffler ses dix-huit bougies, qu'il a déjà vécu la peur de sa vie. Pendant une soirée, le jeune attaquant et son coéquipier de La Guaira Charlis Ortiz sont les cibles d'une fusillade. Si une balle lui traverse le mollet, Ortiz est touché aux côtes. Les rumeurs courent rapidement sur les réseaux sociaux, allant d'une tentative de braquage à un échange de tirs dans la rue. Le lendemain, un communiqué officiel du club raconte les faits. "Lors d'une soirée où étaient présents plusieurs de nos joueurs, Charlis Ortiz a été blessé par balle aux côtes. Il…



Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant