Pénalités de la campagne de 2012 : Sarkozy a fait un chèque à l'UMP

le
2
Pénalités de la campagne de 2012 : Sarkozy a fait un chèque à l'UMP
Pénalités de la campagne de 2012 : Sarkozy a fait un chèque à l'UMP

A quelques heures de son premier bureau politique, l'annonce tombe à pic. L'entourage de Nicolas Sarkozy a fait savoir, ce mercredi, que le nouveau président de l'UMP avait fait un chèque au parti pour régler les pénalités de sa campagne présidentielle de 2012, à la suite du rejet de ses comptes de campagne pour dépassement du plafond autorisé. Un geste qui n'éteint pas l'information judiciaire ouverte en octobre pour «abus de confiance», «complicité» et «recel».

Avec ce chèque de 363 615 ¤, Sarkozy entend «mettre la formation politique qu'(il) préside à l'abri de toutes contestations», écrit-il dans une lettre adressée à Jacques Laisne, le trésorier du parti, et datée du 1er décembre. «Une polémique ayant été entretenue sur la validité de ce règlement et quelle qu'en soit la réalité, je ne puis la laisser prospérer, au moment où j'aspire à redonner à notre pays l'espoir qui l'a fui en rénovant l'opposition», ajoute-t-il.

«Il a fait ce geste dès la première heure de sa prise de fonction. Ce n'était pas du tout une obligation, mais c'était pour qu'il n'y ait plus le moindre problème», complète un proche. 

Retour sur l'affaire... En juillet 2013, le Conseil constitutionnel rejette les comptes de campagne de Nicolas Sarkozy pour dépassement du plafond autorisé, car un meeting qu'il a tenu à Toulon en décembre 2011 a été réintégré au compte. L'UMP se voit alors privée du remboursement de plus de 10 millions d'¤. Conformément au code électoral, des pénalités sont aussi infligées au candidat lui-même. 

Fillon et Mariton s'en félicitent

Grâce au succès du «Sarkothon», une vaste collecte auprès de ses militants, l'UMP règle finalement ses dettes, s'acquittant même des pénalités dues par Nicolas Sarkozy. Comme le rappelle celui-ci dans sa lettre, Bercy approuve le dispositif. «Les dirigeants de l'époque ont considéré que le règlement couvrait également la pénalité ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M4958114 le mercredi 3 déc 2014 à 17:54

    depuis 2012 il était temps !!

  • j.delan le mercredi 3 déc 2014 à 14:51

    Il aurait été DIGNE et NOBLE de faire ce chèque le jour de sa déclaration de candidature et non après (en cas d'échec ce chèque serait-il né ?), DIGNE et NOBLE ne sont que TRES RAREMENT des adjectifs des milieux politiques