Pèlerinage de Lourdes : «Même les évêques sont fouillés»

le , mis à jour à 09:47
0
Pèlerinage de Lourdes : «Même les évêques sont fouillés»
Pèlerinage de Lourdes : «Même les évêques sont fouillés»

C'est la tradition qui le veut : l'évêque de Lourdes (Hautes-Pyrénées) ne célèbre jamais le 15 août... à Lourdes ! Mais cette année, Mgr Nicolas Brouwet concède avoir hésité à quitter la cité mariale. Car, après l'assassinat du père Hamel dans son église de Saint-Etienne-du-Rouvray (Seine-Maritime), ce 143e pèlerinage est particulièrement « important ». Une prière sera donnée demain « pour la France ».

 

Après le drame de Saint-Etienne-du-Rouvray, le nombre d'inscriptions au pèlerinage a bondi, mais il est inférieur aux années précédentes. Comment l'expliquez-vous ?

Mgr NICOLAS BROUWET. Les Journées mondiales de la jeunesse (JMJ), qui ont drainé beaucoup de monde le mois dernier en Pologne, expliquent en partie cette baisse. Pour le reste, même si je le regrette, je peux comprendre que certains aient peur de se retrouver dans un lieu de rassemblement. Un directeur de pèlerinage italien m'a dit renoncer à cause du climat anxiogène en France. Nous verrons après la messe du 15 août si la baisse est vraiment sensible. Des milliers de personnes supplémentaires vont spontanément venir.

 

A cause des menaces, de nombreux événements en France ont été annulés. N'aurait-il pas fallu le faire pour Lourdes ?

Non. Ce pèlerinage est nécessaire. Lors de l'assassinat du père Hamel, beaucoup se sont interrogés sur le pourquoi d'une telle violence, sur la réaction à avoir. Marie, que nous célébrons ce week-end, est l'image même de l'humanité et de la communion dont nous avons tant besoin ces temps-ci. De nombreuses mesures de précaution ont été prises pour protéger et rassurer.

 

Lesquelles ?

Les portes d'accès ont été réduites de douze à trois. Notre service de sécurité a été renforcé. Personne ne s'y soustrait : même les évêques et les malades sont fouillés. La sécurité du site n'a jamais atteint un tel niveau. Même lors de la venue de Jean-Paul II en 2004 et de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant