Pelé, la tête dure

le
0

Le football a eu son équipe totale avec l'Ajax et les Pays-Bas de 70. Il a également eu son joueur total avec le Roi Pelé, aussi bon des pieds que de la tête.


C'est la première Coupe du monde diffusée en couleurs et les hommes de Mario Zagallo font figure de favoris. Autant dire que le peuple brésilien est aux premières loges pour assister à l'envol de leur Roi. Après une mise à l'écart volontaire de deux ans - Pelé préfèrant digérer les agressions et la déception du Mondial 66, seul dans son coin - il revient en 70, remonté comme un coucou. Et durant toute la compétition, il s'emploie à dévaliser tous ses adversaires, les uns après les autres. Bien aidé par Jairzinho, Tostão, Rivelino ou encore Carlos Alberto, il marche chronologiquement sur la Tchécoslovaquie, l'Angleterre, la Roumanie, le Pérou et l'Uruguay avant de retrouver l'Italie, en finale, dans un stade Azteca bouillonnant.

Youtube

Et à la 18e, après une touche bien dégueulasse, centrée en galère par Rivelino, le Roi s'envole. Littéralement. Une détente verticale complètement folle. Un décollage de fusée. Du haut de son petit mètre 70 (la taille d'Iniesta), il prend plusieurs dizaines de centimètres sur Burgnich, l'un des meilleurs défenseurs centraux de l'histoire, et pique son ballon dans les filets d'Albertosi. 1-0. Malgré l'égalisation un quart d'heure plus tard de Boninsegna, plus rien n'arrêtera le Brésil. Et pour couronner le tout, c'est sur une autre douceur des cheveux de Pelé que la Seleção touchera le Graal : une remise de la tête, millimétrée pour Jairzinho qui n'a plus qu'à bombarder le gardien italien. Au final, le Brésil s'impose

Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant