Pelé : «J'aurais aimé affronter Mohamed Ali»

le , mis à jour à 08:31
0
Pelé : «J'aurais aimé affronter Mohamed Ali»
Pelé : «J'aurais aimé affronter Mohamed Ali»

O Rei ne mesurait que 1,73 m du temps de sa splendeur. Peut-être un peu moins désormais, sous le poids de ses 75 printemps. Pourtant, la légende vivante du football aux trois Coupes du monde, qui s'est marié pour la troisième fois en juillet, aurait rêvé de se frotter à Mohamed Ali, qu'il dit avoir « admiré » et à qui il rendait presque 20 cm. Ces propos prennent une résonance particulière alors que Pelé a répondu à nos questions quelques jours avant le décès de l'immense boxeur, le 3 juin.

 

Deux ans après la Coupe du monde, qu'attendez-vous de ces Jeux olympiques à Rio ?

PELÉ. Je pense que le Brésil est le meilleur endroit pour organiser les Jeux olympiques. On se souvient encore de la dernière Coupe du monde. La défaite du Brésil en demi-finale a été un désastre sans explication. Je suis sûr que ces JO seront excellents. Ce seront les Jeux olympiques de tout le monde. Ce sera une fête. A la Coupe du monde, il n'y a que le football, qui est important pour tout le monde ici. Mais, cette fois, il y aura beaucoup d'autres sports. C'est super pour tous ceux qui vont vivre ça.

 

Est-il exact que vous regrettez de ne pas avoir participé aux JO vous-même ?

Oui, c'est un grand regret. Quand j'avais 16 ans, j'ai rejoint Santos. J'ai joué la Coupe du monde 1958 avec le Brésil et ensuite je suis devenu professionnel. Je n'ai pu participer à aucuns Jeux, parce que ce n'était pas autorisé. A l'époque, seuls les amateurs pouvaient jouer. C'est pour ça que je n'ai jamais gagné les JO ! C'est le seul tournoi auquel je n'ai pas participé.

 

Allez-vous assister aux épreuves ?

Je vais suivre le foot, bien sûr, et les autres sports, selon mes possibilités.

 

Qui peut allumer la flamme olympique, si ce n'est vous ?

J'en serais honoré. Quand le Brésil a été élu pour organiser les Jeux, j'ai reçu la flamme. Lors de la cérémonie d'ouverture des JO d'Atlanta, aux Etats-Unis, j'ai ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant