Pékin resserre le crédit avec prudence

le
0
En novembre, l'inflation a atteint 5,1% en Chine, son plus haut niveau depuis deux ans et demi. La banque centrale rechigne à relever les taux d'intérêt ou à accélérer l'appréciation du yuan.

La Chine n'apprécie rien tant que la stabilité. Après des mois d'assouplissement monétaire post-crise, Pékin resserre semaine après semaine les vannes du crédit, sans jamais freiner des quatre fers. L'arme absolue de cette prudente politique est le niveau des réserves obligatoires imposé aux banques. Il limite le crédit en forçant les établissements bancaires à conserver à la banque centrale une partie de leurs deniers.

La Banque populaire de Chine (PBOC), banque centrale, a ainsi annoncé vendredi la sixième hausse de ce niveau des réserves obligatoires, à 18,5%, à compter du 20 décembre.Lundi, six grandes banques chinoises se sont vu prolonger de trois mois une hausse sélective de ce ratio, devenu l'un des plus élevés du monde. La décision de Pékin pourrait geler près de 60 milliards d'euros, soit l'équivalent d'un mois de crédit en Chine.

Abondance des liquidités

En novembre, les banques chinoises ont prêté 64 milliards d'euros, faisant grimper le mo

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant