Pékin resserre l'étau sur la Corée du Nord

le
0
Exaspérée par les tests nucléaires auxquels s'est livré Pyongyang, la Chine a réduit drastiquement son aide économique et réduit au minimum ses nouveaux investissements.

En surface, l'axe Pékin-Pyongyang est plus solide que jamais. Fin août, Kim Jong-il a conclu en grande pompe son troisième périple ferroviaire en Chine en moins de 15 mois, défiant les Cassandre qui le disaient mourant. D'usines en zones franches, le dictateur a salué la réussite du modèle économique à la chinoise en sillonnant l'empire du Milieu à bord de son train blindé. «À chaque fois que je reviens ici, il y a du nouveau», s'est enthousiasmé le «Soleil du XXIe siècle» après un crochet jusqu'en Mongolie-Intérieure.

Une partition parfaitement orchestrée pour flatter les dirigeants de Pékin qui tentent en vain depuis trois décennies de convaincre leur turbulent protégé de suivre le modèle d'ouverture économique tracé par Deng Xiaoping. Car en privé, Kim déclame une autre chanson, comme le révèle un câble diplomatique américain récemment dévoilé par WikiLeaks. «Je ne fais pas confiance à la Chine», a confié en 2009 le dictateur, lors d'une en

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant