Pékin refuse le système de taxes du CO2 dans l'aérien en Europe

le
3

PEKIN (Reuters) - Le gouvernement chinois a annoncé lundi qu'il interdisait aux compagnies aériennes chinoises de participer au programme de l'Union européenne visant à taxer les émissions de carbone hors quota dans le transport aérien.

Annoncée par l'agence officielle de presse Chine nouvelle, la décision prise par le Conseil d'Etat, l'équivalent du gouvernement, accentue le contentieux autour de cette mesure prise pour favoriser la réduction des émissions de gaz à effet serre.

"La Chine espère que l'Europe agira à la lumière des questions plus larges que sont la réponse au changement climatique, le développement durable de l'aviation internationale et les relations sino-européennes, en renforçant la coopération et la coordination pour trouver une solution appropriée acceptable par les deux parties", a déclaré à Chine nouvelle un responsable de l'autorité chinoise de l'aviation civile.

"De même, en fonction des développements, la partie chinoise étudiera aussi la mise en oeuvre de mesures nécessaires pour protéger les intérêts de la population et des entreprises chinoises", a-t-il ajouté.

Depuis le 1er janvier, toutes les compagnies aériennes desservant des aéroports de l'Union européenne sont soumises à un système d'échange des quotas d'émission de gaz à effet de serre.

Toute compagnie n'observant pas ces règles s'expose à une taxe de 100 euros par tonne de carbone émise hors quotas autorisés. L'UE peut aller jusqu'à l'interdire de desservir des aéroports européens.

Le mois dernier, l'Association du transport aérien chinois (CATA) avait annoncé que les compagnies chinoises ne participeraient pas à ce système dit ETS (pour Emission Trading Scheme) et qui, selon les estimations de la CATA, coûteraient une centaine de millions d'euros aux compagnies chinoises dans sa première année et plus du triple d'ici 2020.

Chris Buckley; Henri-Pierre André pour le service français

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • derastea le lundi 6 fév 2012 à 10:26

    Oui, mais ou s'arréte le style et quel sont nos points forts dans la nego

  • M5764759 le lundi 6 fév 2012 à 08:28

    Aujourd'hui les Chinois font ce qu'ils veulent, car ils sont très impliqués dans les dettes des pays européens et on ne sait plus faire sans eux. Demain les pays arabes nous imposerons aussi leur lois. Voilà où mène l'inconséquence de nos dirigeants.

  • derastea le lundi 6 fév 2012 à 08:17

    C'est fou, se sont les chinois qui nous disent ce que l'on doit faire chez nous