Pékin redoute la révolte sociale

le
0
La flambée des prix alimentaires atteint 10% sur un an. Le gouvernement durcit sa politique de crédit.

Satisfaites de leur sortie de crise précoce, les autorités chinoises n'auront pas eu un répit de longue durée. Voilà que le spectre de l'inflation refait surface, suscitant des sueurs froides à Pékin. Le pouvoir craint que la hausse des prix proche de 5% ne nourrisse le mécontentement des masses. Le sujet s'invite dans tous les forums de la Toile chinoise et les médias locaux en alimentent abondamment leurs colonnes. «L'inflation est perçue comme le plus gros risque auquel est confrontée l'économie de la Chine», jugeait mercredi le très officiel Quotidien du Peuple dans un éditorial.

Les officiels multiplient leurs déclarations, pour montrer que la riposte est en marche. Mercredi, la Banque populaire de Chine (PBoC), banque centrale chinoise, a promis de «normaliser» les conditions monétaires. Dans une déclaration sur le site de la PBoC, Hu Xiaolian, gouverneur adjointe de l'institution, a indiqué que des « instruments quantitatifs et tarifaires» seraient mis e

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant