Pékin rappelle que Hong Kong est une question interne à la Chine

le
1

WASHINGTON, 2 octobre (Reuters) - La Chine a réaffirmé mercredi que les événements qui se déroulaient actuellement à Hong Kong relevaient de sa politique intérieure et qu'ils ne concernaient pas les pays étrangers. Cette mise au point a été faite par le ministre chinois des Affaires étrangères Wang Yi après les inquiétudes exprimées par les Etats-Unis face à une possible répression des manifestations en faveur de la démocratie dans l'ancienne colonie britannique rétrocédée à Pékin en 1997. La Chine a "très officiellement et clairement indiqué sa position: la question de Hong Kong fait partie des affaires intérieures chinoises. Tous les pays doivent respecter la souveraineté de la Chine", a précisé Wang Yi. "Nous pensons que le gouvernement de la région administrative spéciale de Hong Kong a les moyens de gérer correctement la situation actuelle conformément à la loi", a-t-il poursuivi. La police anti-émeutes a fait usage de gaz au poivre et de gaz lacrymogène ce week-end contre les manifestants qui occupent plusieurs quartiers du centre de la ville avant de se retirer et d'observer une attitude distante. Les cérémonies du 65e anniversaire de la fondation du Parti communiste chinois se sont déroulées sans incident mercredi malgré les craintes de voir les forces de l'ordre intervenir à nouveau à cette occasion. Les manifestants demandent l'instauration d'un régime démocratique et la démission de l'actuel chef de l'exécutif Leung Chun-yin au pouvoir depuis 2012. La contestation a débuté après la décision du gouvernement de Pékin de n'autoriser que des candidats approuvés par le PCC à se présenter à l'élection de 2017. Barack Obama, qui a rencontré le ministre Wang Yi, a précisé que les Etats-Unis observaient de près les développements de la situation à Hong Kong et a souhaité que les divergences soient réglées d'une manière pacifique. Le président américain a indiqué qu'il prévoyait de se rendre en Chine au mois de novembre, a précisé la Maison blanche. (Lesley Wroughton et Arshad Mohammed; Pierre Sérisier pour le service français) ;))

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • q2lamrd le jeudi 2 oct 2014 à 10:19

    c'est peut-être aussi une question Google-Facebook comme les révolutions oranges et autres, Egypte, Tunisie, Lybie, Syrie, Ukraine ... J'entends déjà, BHL, "nous avons le devoir d'ingérence", "il faut armer les contestataires", "il faut créer une grande force d'intervention pour éviter des rivières de sang" LOL sans oublier "J'y ai été à Hong Kong, je connais, vous ne savez pas ce que vivent ces gens" ... Sauf que les chinois c'est pas Kadafhi ....