Pékin protégera sa souveraineté en mer de Chine du Sud

le , mis à jour à 07:39
0
 (Actualisé avec précisions) 
    PEKIN, 13 juillet (Reuters) - La Chine a fait savoir 
mercredi qu'elle prendrait toutes les mesures nécessaires pour 
protéger ce qu'elle considère être sa souveraineté en mer de 
Chine du Sud et annoncé avoir le droit d'y aménager une zone de 
défense aérienne, au lendemain d'une décision arbitrale qui a 
rejeté ses revendications dans la région. 
    Les médias d'Etat ont qualifié la Cour permanente 
d'arbitrage de La Haye de "marionnette" dans les mains de forces 
extérieures. 
    La Cour permanente d'arbitrage (CPA) de La Haye a donné gain 
de cause aux Philippines, jugeant qu'il n'y avait "aucun 
fondement juridique pour que la Chine revendique des droits 
historiques sur des ressources dans les zones maritimes" de la 
majeure partie de la mer de Chine du Sud.   
    "La Chine prendra toutes les mesures nécessaires pour 
protéger sa souveraineté territoriale et ses droits et intérêts 
maritimes", écrit le Quotidien du peuple, organe officiel du 
Parti communiste chinois (PCC), dans un commentaire à la une du 
journal.  
    Dans un livre blanc publié mercredi, la Chine qualifie les 
revendications territoriales des Philippines en mer de Chine du 
Sud d'"infondées" et d'"acte de mauvaise foi". Pékin affirme que 
des bateaux de pêche chinois ont été attaqués par les 
Philippines aux alentours des îles Spratleys. 
    "Sur le fait de savoir si la Chine instaurera une zone de  
défense aérienne au-dessus de la mer de Chine du Sud, ce que 
nous devons d'abord dire clairement est que la Chine en a le 
droit. Mais, le fait de savoir si nous en avons besoin d'une en 
mer de Chine du Sud dépendra du niveau de la menace à laquelle 
nous serons confrontés", a déclaré le vice-ministre des Affaires 
étrangères, Liu Zhenmin. 
    Le pays espère revenir à la table des négociations avec 
Manille, a-t-il ajouté. 
    Les Etats-Unis ont apporté leur soutien à la décision de la 
Cour permanente d'arbitrage (CPA) de La Haye, estimant qu'elle 
devait être considérée comme définitive et contraignante. 
  
    Les Philippines ont réagi avec prudence mardi soir en 
appelant à la "retenue". 
    Le président philippin Rodrigo Duterte a réuni le 
gouvernement après l'annonce de la décision de la CPA, mais rien 
n'a filtré sur ce qui s'y est dit. Le palais présidentiel a 
annulé un point de presse prévu mercredi. 
 
 (Ben Blanchard; Julie Carriat et Danielle Rouquié pour le 
service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant