Pékin promet davantage d'ouverture économique au sommet de l'Apec

le
0
    LIMA, 19 novembre (Reuters) - Le président chinois Xi 
Jinping s'est engagé samedi à ouvrir davantage la deuxième 
économie mondiale alors que les dirigeants des pays de la zone 
Asie-Pacifique arrivent au Pérou pour un sommet de l'Apec placé 
sous le signe de la crainte d'un protectionnisme accru aux 
Etats-Unis sous la présidence de Donald Trump. 
    Une semaine après la victoire du candidat républicain à la 
présidentielle, l'avenir du Partenariat transpacifique (TPP), 
l'accord de libre-échange le plus ambitieux jamais proposé par 
Washington, apparaît des plus incertains. 
    Barack Obama voyait dans le TPP un moyen de contrer la 
montée en puissance de la Chine mais son administration a 
désormais renoncé à obtenir le feu vert du Congrès à majorité 
républicaine. Or, sans l'aval de Washington, l'accord déjà signé 
par 12 pays, mais pas par la Chine, sera mort-né. 
    Donald Trump a promis pendant la campagne de renégocier les 
accords de libre-échange, de se retirer du TPP et d'imposer des 
droits de douane aux importations de certains pays. 
    Face à cette tentation protectionniste américaine, Xi 
Jinping tente de promouvoir un projet alternatif, l'Accord de 
partenariat économique régional intégral (RCEP), qui est pour 
l'instant limité aux pays asiatiques. 
    "La Chine ne va pas fermer la porte au reste du monde mais 
au contraire l'ouvrir davantage", a déclaré le président chinois 
dans son discours inaugural. 
    Les discussions autour du RCEP semblent aujourd'hui les plus 
susceptibles de déboucher sur la création de la Zone de 
libre-échange de l'Asie-Pacifique (FTAAP) à laquelle aspirent 
les membres de l'Apec. 
    "Nous allons nous impliquer dans la mondialisation 
économique et nous soutenons la FTAAP", a poursuivi Xi Jinping. 
"Nous allons faire en sorte que les fruits du développement 
profitent à tous." 
    L'administration Obama a exprimé des réticences envers le 
RCEP, prévenant qu'il ne protégerait pas aussi bien que le TPP 
les droits des travailleurs, l'environnement ou la propriété 
intellectuelle. 
    Certains pays n'ont d'ailleurs pas encore renoncé au TPP. Le 
Pérou et le Japon se sont engagés dans un communiqué commun à 
travailler à sa mise en oeuvre, tandis que le ministre mexicain 
de l'Economie, Ildefonso Guajardo, a déclaré vendredi que son 
pays, le Japon, l'Australie, la Nouvelle-Zélande, la Malaisie et 
Singapour entendaient bien appliquer l'accord, avec ou sans les 
Etats-Unis. 
     
 
 (Rosalba O'Brien, Mitra Taj et Caroline Stauffer; Tangi Salaün 
pour le service français) 
 )
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant