Pékin pris dans le casse-tête de l'affaire Chen Guangcheng

le
0
Les dirigeants chinois cherchent la moins mauvaise façon de sortir de la situation de fuite du dissident.

Pour Pékin, il y a la politique et il y a la «face». Les dirigeants chinois cherchent la moins mauvaise façon de sortir de l'affaire Chen Guangcheng, en limitant les dégâts d'image, tant à l'intérieur qu'à l'extérieur. Clairement, ce défi survient au plus mauvais moment, alors que le Parti est déjà secoué par l'affaire Bo Xilai et tente d'afficher une certaine unité.

Pour l'heure, les autorités chinoises se sont refusées - comme leurs homologues américaines - à confirmer la présence de l'avocat aveugle dans l'ambassade des États-Unis. Mais ce mercredi, après les vacances du 1er mai, les points de presse vont reprendre, et l'arrivée d'Hillary Clinton risque de rendre le silence compliqué. Un haut responsable américain, le secrétaire d'État-adjoint Kurt Campbell, est déjà au front à Pékin depuis dimanche. Certains observateurs estiment que les négociateurs chinois et américains veulent aller vite, régler peut-être même le sujet avant la session de

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant