Pékin pousse en faveur d'un accord sur le nucléaire iranien

le
0

PEKIN, 16 février (Reuters) - L'Iran a une occasion historique à saisir pour conclure un accord sur son programme nucléaire qui lui permettra de consacrer davantage d'efforts au développement économique, a souligné le ministre chinois des Affaires étrangères Wang Yi lors d'une visite à Téhéran. "Conclure un accord global dans les temps est inscrit dans l'époque et la volonté du peuple", a estimé le chef de la diplomatie chinoise, selon un communiqué diffusé lundi par son ministère. Les négociations entre la République islamique, les Etats-Unis, la Russie, la Chine, la France, le Royaume-Uni et l'Allemagne ont jusqu'à la fin mars pour déboucher sur un accord cadre et jusqu'au 30 juin pour un accord définitif. Un accord sur le nucléaire, a poursuivi Wang Yi, permettra à l'Iran "de préserver ses droits, y compris celui à l'utilisation pacifique de l'électricité nucléaire, et au peuple d'Iran de se libérer au plus vite du joug des sanctions et de se concentrer sur le développement de l'économie." La Chine et l'Iran ont d'étroites relations économiques et commerciales. Les importations de pétrole brut iranien ont grimpé de près de 30% l'an dernier, à leur plus haut niveau depuis 2011, Pékin ayant augmenté ses achats à Téhéran dans le cadre de l'allègement des sanctions consécutif à l'accord intérimaire de Genève de novembre 2013. Wang Yi a estimé que les deux pays avaient "énormément de possibilités" en matière de coopération énergétique et industrielle. "La Chine veut encourager davantage de sociétés chinoises à investir en Iran et à construire des usines via le développement conjoint de parcs industriels", a-t-il dit. (Ben Blanchard; Jean-Stéphane Brosse pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant