Pékin et Londres veulent renforcer leur coopération économique

le
0
PÉKIN ET LONDRES VEULENT RENFORCER LEUR COOPÉRATION ÉCONOMIQUE
PÉKIN ET LONDRES VEULENT RENFORCER LEUR COOPÉRATION ÉCONOMIQUE

par Ben Blanchard et Xiaoyi Shao

PEKIN (Reuters) - La Chine et le Royaume-Uni ont annoncé lundi une série d'initiatives allant d'un accord sur les swaps de devises à une étude de faisabilité sur un lien entre les marchés boursiers de Londres et Shanghai, sans oublier la promesse d'investissements chinois dans les centrales nucléaires britanniques.

Au deuxième jour d'une visite de cinq jours en Chine, le ministre des Finances britannique, George Osborne, a promis que le Royaume-Uni serait le "meilleur partenaire" de Pékin en Occident.

Les récentes turbulences sur les marchés financiers chinois n'empêcheront pas le Royaume-Uni de renforcer ses liens avec la deuxième économie mondiale, a-t-il ajouté.

George Osborne veut encourager les investissements chinois en Grande-Bretagne et soutient donc les efforts de la City pour devenir le centre dominant des transactions sur le yuan en Europe.

Il a également émis l'idée lundi d'un lien permettant de connecter les Bourses de Londres et de Shanghai, sur le modèle du système "Connect" qui relie depuis novembre dernier les Bourses de Hong Kong et de Shanghai, permettant aux investisseurs étrangers de négocier des titres à Shanghai à partir de Hong Kong et inversement.

"Il est dans notre intérêt d'avoir des marchés financiers plus profonds et plus matures dans le monde", a répondu le ministre aux journalistes qui lui demandaient s'il n'y aurait pas un risque de contagion pour Londres en cas de nouvel accès de volatilité. "Nous devons être mieux connectés à l'économie chinoise, nos institutions financières doivent renforcer les liens (avec la Chine)", a-t-il ajouté.

Il reste cependant à voir comment ce lien pourra être mis en place concrètement, compte tenu du décalage horaire et des aspects réglementaires.

UNE GARANTIE POUR HINKLEY POINT

Pour renforcer leur coopération sur les marchés mondiaux, la Chine et le Royaume-Uni ont d'ores et déjà décidé de développer leurs lignes de swap yuan/sterling, sans toutefois en communiquer les détails. La Chine a aussi promis d'émettre des obligations à court terme en yuans à Londres "dans un avenir proche", une première hors de ses frontières.

"(Nous voulons) rester dans notre rôle de centre financier leader en soutenant l'internationalisation accrue du renminbi", a déclaré George Osborne en reprenant la terminologie officielle pour la devise chinoise.

Le Royaume-Uni, soucieux de renforcer ses liens financiers avec Pékin, s'est dissocié des Etats-Unis en début d'année en acceptant de devenir un membre fondateur de la nouvelle banque d'investissement internationale créée par la Chine pour rivaliser avec la Banque asiatique de développement (Bad) sous influence américaine et japonaise.

Le gouvernement du Premier ministre David Cameron a aussi été accusé de faire peu de cas de la situation des droits de l'homme en Chine. Le déplacement de George Osborne prépare le terrain à une visite du président Xi Jinping en Grande-Bretagne le mois prochain.

Malgré des désaccords sur les droits de l'homme ou son administration de Hong Kong, ex-colonie britannique, la Chine apprécie l'attachement farouche de Londres au libre-échange et l'ouverture de ses frontières aux investissements chinois.

George Osborne a souligné que le Royaume-Uni se félicitait du "potentiel d'investissements chinois majoritaires dans de futurs projets nucléaires au Royaume-Uni". Il s'est aussi dit favorable à une participation chinoise à des projets de lignes ferroviaires à grande vitesse.

"Nous voulons nous assurer que les groupes chinois, éventuellement en partenariat avec des entreprises britanniques, puissent postuler à des appels d'offres. Mais soyons clairs, l'attribution des contrats se fera de manière totalement impartiale".

Le ministre a annoncé que Londres fournirait un premier soutien de deux milliards de livres (2,75 milliards d'euros) à la nouvelle centrale nucléaire de Hinkley Point dans le sud-ouest de l'Angleterre, un projet soutenu par la Chine et EDF.

(avec la contribution de Sui-Lee Wee, Véronique Tison pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant