Pékin embarrassé par son imprévisible allié coréen 

le
0
La Chine, avec qui se fait 80 % du commerce, reste le poumon de la Corée du Nord, vital pour les denrées alimentaires comme le pétrole.

Une fois de plus, quand le trublion nord-coréen franchit la ligne rouge, tous les regards se tournent vers le grand allié chinois. Et celui-ci semble de plus en plus embarrassé par les imprévisibles provocations de son protégé. La Chine a dû sortir de sa réserve, mardi, en exprimant sa «préoccupation» devant une situation qui doit cependant «être vérifiée». Et elle a appelé les deux Corées à «œuvrer davantage pour contribuer à la paix et à la stabilité sur la péninsule».

Sur le plan diplomatique, Pékin a pris le contre-pied de Washington en appelant à une reprise des pourparlers à six, «dès que possible». Avant d'arriver à Pékin depuis Tokyo, l'émissaire américain Stephen Bosworth a, lui, déclaré qu'il n'était pas question de reprendre ces discussions «tant que des programmes (nucléaires) sont activés et qu'il y a la possibilité que les Nord-Coréens testent un nouvel engin nucléaire ou un missile». Des déclarations faites avant même que la

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant