Pékin devrait laisser le yuan flotter librement-chercheur

le
0
    SHANGHAI, 16 janvier (Reuters) - La Chine devrait arrêter 
d'intervenir sur le marché des changes, dévaluer le yuan et 
laisser flotter librement sa devise afin qu'elle retrouve sa 
stabilité, écrit un chercheur d'un groupe de réflexion du 
gouvernement chinois.  
     Xiao Lisheng, expert financier de l'académie chinoise des 
sciences sociales fait ces remarques dans un article publié 
lundi par la publication officielle China Securities Journal 
alors que le débat sur la question se fait de plus en plus vif.  
    Le yuan a perdu 6,6% l'an dernier face au dollar, sa plus 
forte baisse depuis 1994. 
    "Plus le gouvernement retarde la libération de la pression à 
la baisse, plus l'impact et le pouvoir de destruction de ce 
relâchement de la pression à la baisse seront grands", écrit-il. 
    Les autorités devraient "laisser le taux de change du yuan 
s'ajuster d'un coup pour laisser (la devise) flotter librement." 
    Le yuan est autorisé à fluctuer de 2% de part et d'autre 
d'un taux pivot fixé par la Banque populaire de Chine (BPC). 
    Les autorités chinoises ont répété qu'il n'y avait aucune 
raison pour que le yuan continue à se déprécier mais de nombreux 
analystes sur le marché des changes prévoient une nouveau repli 
de la devise chinoise cette année si le dollar reste fort, ce 
qui entraînerait de nouvelles sorties de capitaux du pays. 
    Xiao Lisheng ajoute que le mécanisme de formation du taux 
pivot reste à améliorer même s'il a allégé la pression à la 
baisse sur le yuan et limité la baisse des réserves de changes. 
    "Mais tout mécanisme de taux de change sans liberté de 
fluctuation ne peut pas fondamentalement atteindre un prix 
d'équilibre de marché", écrit-il. 
    Le mécanisme de taux pivot quotidien a été mis en place 
après une brusque dépréciation du yuan en août 2015.  
    Yu Yongding, un ancien conseiller de la banque centrale, a 
lui aussi soutenu l'arrêt des interventions de l'Etat pour 
préserver les réserves de change et proposé que la banque 
centrale fixe une limite à 25% à la dépréciation du yuan. 
    Les réserves de change de la Chine sont tombées à leur plus 
bas niveau en près de six ans au mois de décembre, sans 
toutefois passer sous le seuil des 3.000 milliards de dollars, 
Pékin renforçant les mesures de soutien à la monnaie avant 
l'arrivée au pouvoir du nouveau président américain Donald 
Trump.   
    L'année dernière, les réserves de change ont diminué de 320 
milliards de dollars pour revenir à 3.011 milliards, après une 
chute de 513 milliards de dollars en 2015. 
 
 (Winni Zhou et John Ruwitch, Juliette Rouillon pour le service 
français, édité par Benoît Van Overstraeten) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant