Pékin attribue l'attaque d'une gare aux séparatistes du Xinjiang

le
0
UNE GARE ATTAQUÉE DANS LE SUD-OUEST DE LA CHINE
UNE GARE ATTAQUÉE DANS LE SUD-OUEST DE LA CHINE

par Ben Blanchard

PEKIN (Reuters) - La Chine a accusé dimanche des séparatistes de la région du Xinjiang pour l'attaque d'une gare ferroviaire à l'autre bout du pays par des "terroristes" armés de couteaux, lors de laquelle 33 personnes ont trouvé la mort dont quatre des assaillants.

L'attaque, qui s'est produite samedi soir à Kunming dans le sud-ouest de la Chine, constitue une escalade majeure dans les troubles liés au Xinjiang, région stratégique jouxtant l'Asie centrale où vivent des Ouïgours de confession musulmane.

C'est la première fois que des personnes du Xinjiang sont accusées d'avoir mené une attaque si importante aussi loin de leur région.

L'attaque de samedi fait suite à une autre commise en octobre dernier place Tiananmen à Pékin où une voiture avait foncé dans la foule, faisant cinq morts, les trois occupants de la voiture et deux passants. La Chine l'avait qualifiée d'attentat suicide par des activistes du Xinjiang et avait renforcé la sécurité dans la région.

"Les preuves sur le lieu du crime montrent que l'attaque terroriste de la gare ferroviaire de Kunming a été menée par des forces séparatistes du Xinjiang", ont déclaré les autorités de la villes de Kunming, capitale de la province du Yunnan, citées par Chine nouvelle.

"Il s'agissait d'une attaque terroriste violente, préméditée et organisée", avait auparavant affirmé Chine nouvelle qui parle de plus de 130 blessés.

ARMÉS DE COUTEAUX

L'attaque, commise en fin de journée, a été menée par un groupe de personnes armées de couteaux. La police, qui est intervenue, a abattu quatre assaillants et en a arrêté un cinquième. Elle mène des recherches pour retrouver cinq autres agresseurs.

Un habitant de Kunming a raconté à l'agence qu'il était en train d'acheter un billet lorsqu'il a vu un groupe de personnes, la plupart vêtues de noir, pénétrer dans la gare et s'en prendre à des voyageurs.

"J'ai vu quelqu'un s'approcher de moi avec un long couteau et je me suis enfui comme tout le monde", a dit Yang Haifei. Les moins rapides ont été victimes des assaillants. "Ils sont simplement tombés à terre", a-t-il dit.

Des photos ont été publiées sur le réseau social Sina Weibo, montrant des corps couverts de sang allongés sur le sol de la gare.

Le président chinois Xi Jinping a déclaré qu'aucun effort ne devait être épargné pour retrouver les auteurs de cette attaque. Le chef de la sécurité intérieure chinoise Meng Jianzhu est en route pour Kunming, précise Chine nouvelle.

Ces violences interviennent à un moment particulièrement sensible pour le pouvoir chinois puisque la réunion annuelle du parlement doit débuter mercredi à Pékin et que ce rassemblement politique est généralement accompagné par un renforcement des mesures de sécurité dans l'ensemble du pays.

(Julien Dury, Pierre Sérisier et Danielle Rouquié pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant