Pékin accuse Manille après la condamnation de pêcheurs chinois

le
0

PEKIN, 25 novembre (Reuters) - La Chine a déclaré mardi que les amendes infligées par la justice des Philippines à l'encontre de neuf pêcheurs chinois pour avoir attrapé des tortues de mer dans un banc de sable disputé en mer de Chine méridionale constituaient une violation de sa souveraineté. La police philippine avait interpellé les pêcheurs en mai dernier et saisi leur bateau au large d'un banc de sable des îles Spratleys, situé à l'intérieur de sa Zone économique exclusive (ZEE). La justice les a condamnés lundi à une amende équivalente à 80.000 euros chacun. La Chine revendique la quasi-totalité de la mer de Chine méridionale, qui recèlerait d'importantes réserves d'hydrocarbures, et notamment les îles Spratleys qu'elle appelle Nansha. Taiwan, la Malaisie, les Philippines, le Viêtnam et le sultanat de Brunei ont également des revendications sur ce secteur. Lors du point de presse quotidien du ministère chinois des Affaires étrangères, la porte-parole du ministère, Hua Chunying, a appelé les Philippines à libérer les pêcheurs et à restituer leur bateau. "Nous estimons que le gouvernement des Philippines a illégalement saisi le bateau de pêche et les pêcheurs chinois dans des eaux près des îles Nansha et ont produit une décision soi-disant judiciaire qui viole la souveraineté et les droits d'administration de la Chine", a déclaré la porte-parole. "La Chine s'oppose résolument à cela et ne veut pas l'accepter. Nous demandons une nouvelle fois aux Philippines de relâcher les personnes et le bateau sans condition", a-t-elle ajouté. Si les pêcheurs ne parviennent pas à réunir la somme qui leur est demandée par la justice des Philippines, ils encourent six mois de prison. Mais ils ont déjà passé en prison un temps équivalent, ce qui signifie qu'ils pourraient être libérés. (Michael Martina; Danielle Rouquié pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant