Peines de prison avec sursis pour les militants de Greenpeace

le
0
PRISON AVEC SURSIS POUR LES MILITANTS DE GREENPEACE
PRISON AVEC SURSIS POUR LES MILITANTS DE GREENPEACE

MARSEILLE (Reuters) - Le tribunal correctionnel de Marseille a condamné lundi neuf militants et cadres de Greenpeace à des peines de prison avec sursis et à de lourdes amendes pour avoir illégalement tenté de s'introduire, en 2011, sur le site nucléaire de Cadarache (Bouches-du-Rhône).

Des peines de 4 à 10 mois de prison avec sursis ont été prononcées par la chambre militaire du tribunal, compétente en raison de la classification "secret défense" des installations, à l'encontre des militants de l'association écologiste.

Ces derniers ont aussi été condamnés à payer solidairement près de 70.000 euros de dommages et intérêts au Centre d'énergie atomique (CEA).

Les prévenus sont soupçonnés d'avoir monté et composé le "commando" qui, le 5 décembre 2011, avait tenté de pénétrer dans l'enceinte du CEA de Cadarache pour mettre en évidence les failles supposées de la centrale.

Cette tentative d'intrusion avait été détectée par la sécurité du site alors que le grillage d'une première enceinte avait été découpé. Plusieurs sacs à dos contenant des banderoles de l'organisation et divers objets avaient été abandonnés sur les lieux et ont permis de remonter jusqu'aux auteurs présumés des faits.

Quatre opérations similaires avaient été organisées le même jour sur différentes installations nucléaires, des militants parvenant finalement à s'introduire dans les centrales de Nogent-sur-Seine (Aube) et de Cruas (Ardèche).

(Jean-François Rosnoblet, édité par Marine Pennetier)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant