Peines avec sursis pour trois militaires jugés pour meurtre

le
1

PARIS (Reuters) - Trois militaires français accusés du meurtre en Côte d'Ivoire en 2005 d'un présumé bandit de grand chemin ont été condamnés vendredi par la cour d'assises de Paris à des peines de un à cinq ans de prison avec sursis.

Un quatrième accusé a été acquitté.

La cour d'assises n'a pas suivi l'accusation qui avait requis deux peines de prison ferme et deux avec sursis.

Le colonel Eric Burgaud, qui a donné l'ordre de tuer, est finalement condamné à cinq ans de prison avec sursis alors que l'accusation demandait cinq ans ferme. L'adjudant-chef Guy Raugel, qui admet avoir commis le meurtre, est frappé de quatre ans avec sursis alors que l'accusation demandait trois ans ferme.

La cour condamne par ailleurs le brigadier-chef Johannes Schnier, qui l'a aidé, à un an avec sursis. Le brigadier Lianrifou ben Youssouf, qui conduisait le véhicule où a été commis le crime, est acquitté.

Firmin Mahé avait été embarqué dans un blindé et étouffé par l'adjudant Raugel avec un sac en plastique. Mis en cause localement pour des atrocités présumées, il sévissait dans la "zone de confiance" placée sous le contrôle théorique des hommes de Licorne, force française d'interposition sous mandat de l'Onu.

Thierry Lévêque, édité par Sophie Louet

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • manx750 le vendredi 7 déc 2012 à 18:12

    Faut espérer que le parquet des planqués fera pas appel contre des militaires qui ont rempli une mission de salut public un peu limite mais qui a permis d'éviter plein d'agression contre de pauvres Ivoiriens victimes de ces coupeurs de jarret qui pullulent sur les routes africaines !