Peine de mort demandée pour le guide des Frères musulmans

le
0

(Actualisé avec précisions, contexte) LE CAIRE, 16 mars (Reuters) - La justice égyptienne cherche à faire condamner à mort le chef spirituel des Frères musulmans, Mohamed Badie, et 13 autres personnes pour incitation au chaos et projets d'attentats contre l'armée et la police, apprend-on lundi de source judiciaire. Le dossier a été officiellement transmis au grand mufti d'Egypte, l'autorité la plus élevée du pays en ce qui concerne la législation musulmane. Selon le droit égyptien, toute proposition de condamnation à mort doit être communiquée au grand mufti pour qu'il donne son avis religieux sur la question. L'avis du mufti n'est que consultatif. Le tribunal prononcera ensuite son verdict - ce devrait être fait le 11 avril - qui est susceptible d'appel. Parmi les 13 autres accusés figurent Salah Sotan, un prédicateur des Frères musulmans, et Saad al Hosseini, ex-gouverneur de la province de Kafr el Cheikh. Plusieurs milliers de personnes liées aux Frères musulmans ont été emprisonnées depuis la destitution, en juillet 2013 par l'armée, de Mohamed Morsi, premier président égyptien démocratiquement élu et issu de cette confrérie, à la suite de grandes manifestations contre son autorité. En tant que chef suprême de la confrérie, désormais interdite, Mohamed Badie a déjà été condamné plusieurs fois à la réclusion à perpétuité. Il a également été condamné à mort avec plusieurs centaines d'autres personnes lors d'un procès l'an dernier très critiqué à l'étranger. Le président égyptien Abdel Fattah al Sissi, qui dirigeait l'armée lors du renversement de Mohamed Morsi, estime que les Frères musulmans sont une menace majeure pour la sécurité. La confrérie affirme qu'elle milite de façon pacifique et qu'elle n'a rien à voir avec les violences islamistes. Selon l'agence de presse Mena, le juge qui a supervisé la décision de lundi est Mohamed Nagi Chehata, qui a joué un rôle de premier plan dans les arrestations massives qui ont touché les islamistes et les personnes qui militent pour la démocratie. (Ali Abdelatti; Danielle Rouquié pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant