Peillon inflexible sur sa réforme

le
1
Le ministre de l'Éducation s'apprête à ouvrir de délicates négociations avec les syndicats sur le métier d'enseignant, avec en toile de fond la révision d'un statut remontant à 1950

«Les Français veulent du courage et de la détermination.» Invité du «Grand Jury LCI-RTL-Le Figaro», Vincent Peillon n'a surpris personne hier en affirmant une nouvelle fois qu'il ne reviendrait pas sur son décret relatif à l'organisation des nouveaux rythmes scolaires. Pourtant, la semaine dernière, la réforme a mobilisé contre elle à Paris l'ensemble des acteurs de la communauté éducative, des animateurs à des collectifs de parents, en passant par les enseignants en grève. «Exagération», a rétorqué dimanche soir le ministre de l'Éducation. «La France est le seul pays du monde qui ne donne que quatre demi-journées à ses élèves pour apprendre à lire, écrire et compter», a-t-il indiqué, plaidant pour une réforme au nom de la réussite de tous les élèves.

Si des «aménagements» po...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • janaliz le lundi 18 nov 2013 à 04:21

    Il raconte n'importe quoi. Les heures ajoutées le mercredi matin sont enlevées les autres jours à raison de 1h/jour. Menteur et borné quand tu nous tiens. A noter que pour de nombreux parents les heures au delà de 15h30 vont devenir payantes, soit en payant les activités directement soit par la hausse des budgets communaux. Impayable le peillon... Et il n'y a plus de marges de manoeuvre, il manque déjà + de 5 milliards sur le budget national en 2013..... Cherchez l'erreur...