Peillon : «Il faut plus de maîtres que de classes»

le
4
Le ministre de l'Éducation nationale était, dimanche, l'invité du «Grand Jury RTL-LCI-Le Figaro».

L'école va-t-elle mal au point de nécessiter une «refondation»? Invité dimanche du «Grand Jury RTL-LCI-Le Figaro», Vincent Peillon, ministre de l'Éducation nationale qui a lancé le 5 juillet une grande concertation sur le sujet, a parlé de «difficultés importantes», évoquant «l'augmentation du décrochage scolaire selon les études de l'OCDE», «40 % d'élèves ayant des difficultés en français et en maths à l'entrée du collège», «6 % de réussite en moins au bac professionnel cette année» et «l'accroissement des inégalités», affichant à nouveau son ambition de «refonder la République par l'école».

Revenant sur «les difficultés des jeunes enseignants qui, dans leur première année d'exercice, n'ont pas une heure de décharge», «les conditions d'exercice du métier dans les zones difficiles» et la réforme de la mastérisation, le ministre a redit sa volonté de remettre en place une formation «sans pour autant revenir aux IUFM».

1 000 postes ...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • Ross007 le lundi 9 juil 2012 à 10:44

    çà ressemble à du Jules Ferry, sauf que les colonies, maintenant elles sont sur le continent.

  • Ross007 le lundi 9 juil 2012 à 10:43

    çà ressemble à du Jules Ferry, sauf que les colonies, ma. Pas la peine elles sont sur le continent maintenant.

  • 2445joye le lundi 9 juil 2012 à 09:18

    Oui. On peut se demander si la bonne solution, plutôt que d'augmenter le nombre d'enseignants, ne serait pas d'interdire l'accès aux terrains de sport.

  • M4189758 le lundi 9 juil 2012 à 08:36

    JPi - Dire '40 % des élèves' en généralisant n'est pas mettre l'accent sur le vrai problème de l'éducation nationale. Mais, mettre l'accent sur les élèves issus de l'immigration serait une début de solution, peut-être ?