Peillon devient «le maillon faible»

le
0
Avec la polémique sur la réforme des rythmes scolaires à l'école, le ministre de l'Éducation se retrouve en première ligne.

Fin août, lors des universités d'été du PS à La Rochelle, il s'était plaint, en creux, de voir les questions d'éducation - soit, en réalité, son action au ministère de l'Éducation nationale - insuffisamment traitées par les médias. Laissant transparaître son amertume devant l'éclatante popularité de certains de ses collègues, Manuel Valls en tête. Un peu plus d'un mois après, la donne a changé pour Vincent Peillon. Avec la réforme des rythmes scolaires, le voilà sous le feu des projecteurs. Mais surtout sous le feu des critiques. Car la semaine de quatre jours et demi qu'il porte depuis son entrée au gouvernement a bien du mal à passer.

L'opposition, les syndicats d'enseignants - le c½ur de l'électorat PS -, les parents d'élèves et maintenant les maires pilonnent le projet. Mais pas seulement. Dans la majorité aussi, beaucoup r...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant