Peillon: coup de froid avec les enseignants

le
0
La grève parisienne massive de ce mardi contre les rythmes scolaires pourrait s'étendre dans le reste de la France.

La lune de miel est bel et bien terminée entre Vincent Peillon et les syndicats d'enseignants. Encensé pendant ses premiers mois d'exercice en raison de son esprit de «concertation» et de ses qualités «d'écoute», ce dernier avait dans les mains un atout maître, avec la promesse d'embauche de milliers de professeurs. Mis à l'épreuve de la réalité, le ministre, qui affronte sa première grève aujourd'hui, affiche un peu moins de sérénité, même s'il tente de faire bonne figure: «Je ne me sens pas isolé, car je me souviens de toutes les organisations syndicales signataires de l'appel de Bobigny qui étaient d'accord pour repasser à la semaine de 4,5 jours. Bien sûr, je connais le décalage qui existe parfois au moment de passer à l'acte», déclare Vincent Peillon.

Son ancien conseiller, Bruno Julliard, lui, est nettement plus bavard. Dans les colon...



Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant