Pedro Lago, premier joueur anti fair-play

le
0

Si Luis Suárez mord, joue avec les mains et provoque, ce n'est pas de sa faute. C'est simplement que c'est inscrit dans son patrimoine génétique. La preuve avec Pedro Lago, également uruguayen et premier joueur de l'histoire à avoir laissé des traces de vice et de sang chaud.

Grand, plutôt lourd, pas très mobile, Pedro Lago n'a jamais vraiment eu le physique d'un footballeur ou d'un quelconque sportif. Du coup, il lui a toujours fallu compenser. D'une manière ou d'une autre. Et son choix s'est assez vite porté sur le vice. Surtout à son arrivée à River Plate en 1931, et lors des quatre années suivantes comme l'a écrit Ricardo Lorenzo Rodríguez, journaliste au Gráfico, lors de sa première rencontre avec l'Uruguayen : "J'ai assisté aux débuts de Pedro contre le Racing en 1931. Mais à cette époque, personne ne pouvait imaginer que cette gueule d'ange et rondouillette deviendrait le plus filou des filous." Le Mulero (surnom argentin donné à un petit tricheur, ndlr) était né.

Un homme de derby


Pourtant, Ricardo Lorenzo Rodríguez n'a encore rien vu de l'animal. En arrivant à Buenos Aires, Pedro Lago n'a qu'un an de carrière derrière lui, ses débuts à Bella Vista en Uruguay, et ils n'ont pas franchement été retentissants. Non, là où il se fait remarquer, c'est lors de son premier Superclásico le 20 septembre 1931. Le Mulero n'a pas vraiment été rusé pour le coup et s'est fait expulser avec deux de ses collègues, Belvidares et Bonelli, pour avoir bousculé l'arbitre. Résultat : victoire par forfait pour Boca. Mieux, les commentaires de Mario Pereyra, milieu xeneize, à la fin du match : "Il faut vraiment être attentif avec ce Pedro Lago, vous avez vu ce qu'il a fait à notre gardien, Yustrich ? Sur un corner, alors qu'il allait sortir, il s'est retrouvé aveugle..." Le Mulero lui a pris la visière de sa casquette et l'a baissée sur ses yeux.


Lors d'un autre Superclásico, Pedro Lago a jeté de la boue sur Donato Penella qui s'apprêtait à tirer un coup franc aux abords de la surface de River et qui, forcément, s'est complètement loupé. Un autre jour, il va voir un match de la réserve de River contre Tigre et avec des collègues, il se pose derrière la cage, tranquille. Et puis sur un corner,

Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant