Pedretti, le choix de la raison

le
0
Pedretti, le choix de la raison
Pedretti, le choix de la raison

Demeurer remplaçant à Lille ou être titulaire à l'AC Ajaccio ? Tel était le choix cornélien de Benoît Pedretti avant la reprise de la Ligue 1. L'intéressé a tranché. Et vite. A peine sollicité par le club corse, le milieu de terrain de 32 ans a donné son accord pour rejoindre l'Ile de Beauté. « Ça n'était pas prévu que j'aille là-bas, avoue-t-il dans un entretien à L'Equipe. Ça s'est fait en 48 heures. C'est un club qui va me permettre de jouer. » Une donnée qui a forcément orienté son choix. Son nouvel entraîneur dans le Nord, René Girard, lui avait confié qu'il ne serait pas titulaire pour débuter la saison. « Le coach m'a dit qu'il comptait sur moi mais pas pour débuter, ajoute Pedretti. Sachant que cette année il n'y a qu'un match par semaine? »

Convaincu par Fabrizio Ravanelli

Dans ces circonstances, et face au temps de jeu restreint qui s'annonçait pour lui, l'ancien Lyonnais et Marseillais n'a pas hésité à signer pour un nouveau challenge. D'autant qu'il s'agissait, de son aveu même, de sa seule alternative. C'est en tout cas un nouveau tournant dans sa carrière qui l'a déjà mené dans six clubs (Sochaux, Marseille, Lyon, Auxerre, Lille et donc Ajaccio) différents en France. « Si j'avais pu jouer dix ans dans le même club, je l'aurais fait », tient-il à préciser. Contacté par Fabrizio Ravanelli, le nouvel entraîneur de l'ACA, l'ancien Sochalien a été impressionné et convaincu par le discours de l'Italien. « Il m'a présenté le projet : faire grandir le club au niveau des infrastructures, améliorer le suivi des joueurs, les faire progresser? C'est un entraîneur étranger qui va beaucoup nous apporter. »

14 matchs comme titulaire en 2012-13

L'an passé, sous les ordres de Rudi Garcia, le natif d'Audincourt avait disputé 29 rencontres de Ligue 1 mais seulement 14 dans la peau d'un titulaire. Aujourd'hui, peu importe si le standing du club n'est pas du tout le même, Benoît Pedretti est persuadé d'avoir fait le bon choix. « C'est sûr que la pression la plus sympa, c'est celle du haut de tableau, admet-il. Mais on verra ce qu'on est capable de faire. Avec Bonnart, Zubar, Mutu ou Ochoa, il y a pas mal de joueurs qui ont de l'expérience. Mais on ne fait pas une équipe avec des noms. Il faudra être bon sur le terrain. » C'est assurément pour remplir ce rôle qu'il a été recruté par les dirigeants ajacciens.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant