Pédophilie : les victimes écrivent aux prêtres du diocèse de Lyon

le , mis à jour à 22:55
0
Pédophilie : les victimes écrivent aux prêtres du diocèse de Lyon
Pédophilie : les victimes écrivent aux prêtres du diocèse de Lyon

Le courrier doit partir ce mardi. Le collectif La Parole libérée, qui regroupe les victimes du père Bernard Preynat mis en examen en janvier dernier pour pédophilie, a décidé d’écrire aux quelque 600 prêtres du diocèse de Lyon afin de leur demander de l’aider dans son combat pour la vérité. L’envoi de cette missive intervient à quelques jours de la rencontre, programmée lundi prochain, entre l’archevêque de Lyon, Mgr Philippe Barbarin et l’ensemble des curés sous son autorité. Lors de cette réunion, le cardinal, visé par cinq plaintes pour « non-dénonciation » d’agressions sexuelles doit, notamment, faire le point « sur les affaires en cours » et évoquer la « mise en place d’une cellule d’écoute des victimes ».

L’association La Parole Libérée, qui reproche au dignitaire religieux de ne pas avoir alerté en 2007 les autorités judiciaires alors qu’il avait connaissance du passé de pédophile du père Preynat, espère que des ecclésiastiques vont ouvertement se désolidariser de leur archevêque. « Nous vous proposons et vous remercions de profiter de cette réunion du 25 avril organisée par le cardinal pour initier un renouveau, faire de notre Eglise une institution engagée, bienveillante et référente morale, prête à assumer et à combattre ses erreurs avec honneur, dignité et responsabilité pour le salut de son âme », écrivent les trois porte-paroles du collectif. « Il nous semble que vous prêtres, comme nous victimes, sommes pris au piège de l’omerta imposée par l’institution et il nous faut mener une action forte et déterminée pour rompre avec un passé impur », soulignent-ils au début de la lettre.

La lettre de «La Parole libérée»

La lettre adressée par "La Parole libérée" aux prêtres du diocèse de Lyon publié par redacweb6352

VIDEO (le 8 mars). Prêtre pédophile à Lyon : « J’ai gardé ça pour moi, ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant