Pédophilie : la vie saccagée d'un innocent pris pour un autre

le
0
Photo d'illustration - Pris pour un homonyme, Mohamed Camara a passé cinq mois en prison et souffre de graves troubles psychologiques qui l'ont conduit à multiplier les séjours en hôpital psychiatrique.
Photo d'illustration - Pris pour un homonyme, Mohamed Camara a passé cinq mois en prison et souffre de graves troubles psychologiques qui l'ont conduit à multiplier les séjours en hôpital psychiatrique.

Son seul tort est d'avoir un homonyme : un violeur qui porte le même nom que lui, né à la même date et dans le même pays. Cela aura suffi pour ruiner sa vie. En décembre 1997, une femme se présente à la brigade de protection des mineurs de Paris. Ses deux filles sont enceintes. Elles ont été violées, affirment-elles, par Mohamed Camara, un proche de la famille. Les jeunes filles expliquent aux policiers que Camara s'était introduit à plusieurs reprises dans leur chambre, pour les forcer à avoir des relations sexuelles. Une information judiciaire est ouverte pour viols sur mineures de 15 ans, tandis que Mohamed Camara prend la fuite. Il est condamné par contumace à 20 ans de prison le 18 juin 2001.Un mois plus tard, la police belge contrôle l'identité des passagers d'un train. Elle tombe sur un certain Mohamed Camara, né en Guinée en 1973, sous le coup d'un mandat d'arrêt émis par la France en 1999. Sans plus de questions, l'homme est immédiatement mis en prison, avant d'être extradé trois mois plus tard vers la France, où il passera encore deux mois derrière les barreaux. Problème : Mohamed Camara n'est pas Camara Mohamed. Il s'agit d'un homonyme. "Imaginez-vous emprisonné pour un crime que vous n'avez pas commis. Cet homme n'a pas été accusé à tort, il est tout simplement, pardonnez-moi l'expression, tombé de l'armoire", tonne aujourd'hui son avocat, Me Frédéric Berna. Ce n'est que le 6 décembre 2001 que le président de la cour...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant