Pédophilie au sein de l'Eglise : une campagne choc dans le Sud

le , mis à jour à 08:45
0
Pédophilie au sein de l'Eglise : une campagne choc dans le Sud
Pédophilie au sein de l'Eglise : une campagne choc dans le Sud

« Ne laissez plus les violences sexuelles vous mettre sous silence ! » A partir de la semaine prochaine, ce slogan choc va s'inviter dans les églises et les écoles de l'enseignement catholique de l'Hérault. Le diocèse de Montpellier lance, en effet, une campagne de sensibilisation massive afin de faire connaître le numéro de portable de sa cellule d'écoute des victimes d'agressions commises au sein de l'Eglise, en particulier par des membres du clergé.

 

Cette ligne téléphonique est également destinée aux auteurs d'abus sexuels, ce qui la rend unique en France. Sur les quelque 500 affiches qui seront placardées figurent des mots en lettres capitales : « secret », « honte », « culpabilité », « sexe », « trahison », « pédophilie », « désir »...

 

Un partenariat inédit avec des professionnels indépendants

 

Le diocèse de Montpellier, qui a décidé de jouer depuis longtemps la carte de la transparence sur ce sujet sensible, a instauré un partenariat inédit dans la lutte contre la pédophilie. Au printemps dernier, il a signé une convention avec le CHU de Montpellier. Les victimes de prêtres pédophiles sont orientées vers des psys à l'hôpital, tous spécialistes des agressions sexuelles au sein du Criavs (Centre de ressources pour les intervenants auprès des auteurs de violences sexuelles) en Languedoc-Roussillon.

 

Contrairement à la plupart des cellules d'accueil mises en place ces derniers mois dans les autres diocèses, les experts sollicités ne sont donc pas des bénévoles mais de véritables professionnels totalement extérieurs à l'Eglise. Ils officient en toute indépendance, en dehors des murs de l'archevêché. En terrain neutre, en quelque sorte. A ce jour, une quinzaine de personnes ont bénéficié d'une aide psychologique. La plupart des cas portent sur des faits très anciens d'agressions sexuelles et de viols et sont donc prescrits.

 

Certains ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant