Pécresse : «L'Ile-de-France, c'est mon engagement à 100%»

le , mis à jour le
0
Pécresse : «L'Ile-de-France, c'est mon engagement à 100%»
Pécresse : «L'Ile-de-France, c'est mon engagement à 100%»

Ancien ministre du Budget et chef de file de l’opposition UMP en Ile-de-France, Valérie Pécresse lance ce samedi à Rosny-sous-Bois (Seine-Saint-Denis) sa campagne pour les régionales en décembre.

Un sondage Ifop paru cette semaine vous place en tête pour les régionales en Ile-de-France. Croyez-vous, comme pour les départementales, à une vague bleue ?

VALERIE PECRESSE. Ce sondage est un encouragement, mais rien n’est gagné. Il traduit l’envie du changement, de l’alternance, c’est aussi le résultat de mon engagement dans l’opposition au conseil régional depuis cinq ans.

En 2010, vous aviez connu une campagne très difficile, avec des tensions au sein même de votre équipe. Qu’est-ce qui a changé depuis ?

J’ai tiré tous les enseignements des erreurs de 2010. Il y avait certes un problème d’unité à droite, mais aujourd’hui cette unité nous l’avons et j’ai été désignée à l’unanimité par la commission d’investiture. Ma deuxième erreur, c’était de penser qu’on pouvait faire deux choses en même temps, à savoir être ministre et candidate. L’Ile-de-France, c’est mon engagement à 100%. Je quitterai mon mandat de parlementaire si je suis élue et je ne serai pas ministre en 2017 si la droite gagne la présidentielle.

Paris et l’Ile-de-France ont-ils les moyens d’accueillir les JO ?

Les JO sont une formidable occasion d’accélérer les investissements. Si avoir les JO en 2024 signifie qu’on finira les liaisons vers Roissy et Orly et qu’on aura les lignes du Grand Paris, alors ça vaut le coup. Mais Paris ne peut pas négocier seul. Cette candidature, c’est aussi celle de l’Ile-de-France.

Huchon affirme que lui seul peut permettre à la gauche de garder la région. C’est votre avis ?

Ce que je vois, c’est que la gauche est divisée parce qu’elle a un mauvais bilan. Mal logement, mal transport, mal emploi, pollution… Leur bilan, c’est leur boulet. Qu’ils l’assument ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant