Pécresse : «L'addition du PS sera salée»

le
0
INTERVIEW - La ministre du Budget dénonce l'irréalisme des propositions socialistes.

LE FIGARO. - Comment analysez-vous la défaite de la droite au Sénat?

Valérie PÉCRESSE. - Notre défaite aux sénatoriales est avant tout un avertissement contre la division, donné à toutes les composantes de notre majorité. Nous avons une obligation de rassemblement. Le Sénat n'a été perdu qu'à quelques voix près, en raison de candidatures dissidentes qui nous ont porté un coup fatal. Il faut revenir, au vu des échéances qui arrivent, à une l'unité derrière le candidat naturel: Nicolas Sarkozy.

Nicolas Sarkozy est-il toujours le «candidat naturel»?

La situation économique que nous traversons réclame qu'en 2012 le chef de l'État qui sera élu soit en capacité de prendre les décisions nécessaires dans un contexte politique et économique complexe. Il faudra innover en permanence et pas seulement recycler de vieilles recettes éculées et qui n'ont jamais fonctionné. Autant de qualités qui exigent beaucoup de la part des candidats. Seul Nicolas Sarkozy les

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant