Péages : les sociétés d'autoroutes peuvent désormais traquer les fraudeurs

le
0
Péages : les sociétés d'autoroutes peuvent désormais traquer les fraudeurs
Péages : les sociétés d'autoroutes peuvent désormais traquer les fraudeurs

Les fraudeurs du péage sont prévenus. Selon le Figaro, les sociétés d'autoroutes peuvent depuis peu consulter le fichier des plaques d'immatriculation du ministère de l'Intérieur et adresser ainsi directement au contrevenant un avis de paiement. Plusieurs milliers de fraudeurs ont d'ores et déjà reçu ce formulaire.

Jusque là en effet, les sociétés d'autoroutes n'avaient pas accès au fameux système d'immatriculation des véhicules (SIV). Les adeptes du « petit train », consistant à coller à la voiture précédente pour passer avant que la barrière ne se referme, où les conducteurs n'hésitant parfois pas à forcer le passage, s'en tiraient donc souvent à peu de frais. Qu'ils soient pris en flagrant délit ou filmés par des caméras de surveillance, ils voyaient leur dossier classé par les tribunaux, saturés de procédures similaires.

1 à 2 millions de fraudes par an

Mais avec 1 à 2 millions de passages non payés par an, les pouvoirs publics ont finalement décidé d'aider les sociétés de péages à récupérer leur dû. Pourquoi ne le faire que maintenant ? «Frauder au péage était, il y a quelques années, considéré comme un sport presque sympathique puisqu'on volait des sociétés qui ont de l'argent ! Alors rien n'aboutissait» estime dans le Figaro Jean Mesqui, délégué général de l'Association des sociétés françaises d'autoroutes (Asfa).

Désormais donc, les fraudeurs, identifiés rapidement par ces sociétés, se voient immédiatement envoyer un avis de paiement, calculé sur le trajet le plus long du réseau, et majoré de 20 euros pour frais de gestion. Les fraudeurs «de circonstance» devraient rapidement rentrer «dans le rang», selon Thierry de Camaret, directeur clientèle chez APRR. Pour les récalcitrants, la procédure prévoit le remplacement de l'avis de paiement, au bout de deux mois, par une contravention de 75 euros...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant