Pays très Bas, année zéro…

le
0
Pays très Bas, année zéro…
Pays très Bas, année zéro…

C'est fini-foutu. Après leur revers face aux Tchèques (2-3) hier soir à Amsterdam, les Oranje feront bière-pizza sur le sofa en juin 2016. Après les explications d'hier sur ce fiasco annoncé, tentative de prospective au tableau (très) noir.

Les charognards sont là. Gary Lineker : "Les Pays-Bas, c'est devenu Andorre." Ferme-la à tout jamais, Gary ! Et à plus d'un titre En 40 ans, ce petit pays que tu méprises a fait trois finales de Coupe du monde et une place de troisième, plus une victoire à l'Euro en 88. Ce petit pays que tu railles nous a donné une trinité Cruijff-Van Basten-Bergkamp que ta foutue Angleterre ne nous offrira jamais. Et puis dis-moi, Gary : t'étais où, en juin 1984, pendant l'Euro en France ? Jeune sélectionné anglais, t'aurais pas regardé toi aussi l'Euro devant ta télé ? Alors, please, n'accable pas les petits Hollandais qui ont fait ce qu'ils ont pu. Ça, c'est pour tes gencives. Ton foie, maintenant. Tu ne vois pas que l'élimination des Pays-Bas, c'est la résultante quasi directe de ton football ultra libéral, sacralisé par l'arrêt Bosman il y a exactement vingt ans ? Le pillage au berceau des plus belles pousses néerlandaises a asséché une Eredivisie depuis tout temps fragile économiquement. Un championnat local sinistré a nivelé les valeurs vers le bas par les départs successifs de ses meilleurs éléments. Et comme le rappelait justement le pauvre Danny Blind hier soir : "On n'est pas l'Allemagne ou l'Espagne. Nous n'avons pas un tel réservoir de joueurs. Nous sommes les Pays-Bas et je dois faire avec le matériel qui est à ma disposition." Qui s'est soucié de la disparition progressive des clubs néerlandais en coupes d'Europe ? Car c'est quoi l'horizon du petit footeux hollandais, qui ne rêve déjà plus de les jouer, ces Coupes d'Europe, avec l'Ajax, le PSV ou Feyenoord ? Ben, partir tôt, jouer en Angleterre et crever à petit feu à Stoke, WBA ou Newcastle

L'Euro sans le florin


Bosman a tué le football de club écossais, scandinave et celui des pays de l'Est. Les Pays-Bas suivent cette mauvaise pente. Le Portugal et la Belgique font encore illusion, l'un avec l'extra-terrestre CR7 et l'autre avec sa génération dorée, spontanée. Mais leurs clubs périclitent. On vante le business model de Porto qui inspire maintenant l'AS Monaco. C'est une idée du foot que vous défendez, vous ? À l'Ajax, Johan Cruijff veille à ce que son club de cœur ne devienne pas une plateforme de vente comme Porto. Mais jusqu'à quand va durer cette résistance ? Frank de Boer s'est lassé du pillage de ses jeunes Ajacides. Lui aussi commence à rêver d'Albion. Il a refusé Liverpool une fois. Il dira…


Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant