Pays-Bas-Hongrie : et Cruyff s'envola

le
0
Pays-Bas-Hongrie : et Cruyff s'envola
Pays-Bas-Hongrie : et Cruyff s'envola

C'était le 7 septembre 1966 dans l'antre du Feyenoord. Cruyff avait 19 ans et a enfoncé les portes à l'Ajax de Michels. 23 buts en 25 matchs et un titre national qui en appela trois autres. Les Oranje se cherchaient un chevalier après la non-qualification pour la World Cup anglaise histoire de filer à l'Euro italien. Ils n'ont pas réussi, mais Johan a explosé. Dès sa première. Ses liens avec la Hongrie ne s'arrêtent pas là. Un match gala, un choc UEFA et un ex-coéquipier aux USA en témoignent.

Ça n'aurait dû être qu'une formalité. Avec Florián Álbert et deux quarts de finale de Coupe du monde, dont un modèle de football contre le Brésil amputé de Pelé, la Hongrie ne devait faire qu'une bouchée des Bataves et empocher trois points à l'aise dans la course à l'Euro 68. Le premier Championnat d'Europe des nations nouvelle formule incluant des poules qualificatives. En plus, les Magyars étaient déjà des vieux briscards du cuir, tandis que les Néerlandais se sont professionnalisés au mitan des fifties. Oui, mais ce soir-là, ce sacré filou de Johan avait envie de dézinguer l'arrogance hongroise. Et il l'a fait.

Johan Cruyff en 10 dates
Devant 65 000 spectateurs, la Hollande subit les assauts des Magyars avant d'agir. À la demi-heure, Miel Pijs crochète deux vis-à-vis et déclenche un missile aux 25 mètres qui mystifie Antal Szentmihályi. Puis arrive l'instant Cruyff. 51e minute : dégagement du portier, semi-talonnade à la réception en se retournant, sprint boltien dans le dos de Kálmán Mészöly, double poussée de balle et patate du gauche catapultée au fond. Pays-Bas 2, Hongrie 0. Rotterdam exulte. Le gamin à peine majeur et titulaire à l'Ajax pré-" football total " vient de justifier sa convoc' en pile-poil dix secondes.

" Gosse maigrichon "


Le pari du technicien teuton Georg Kessler exfiltre la terre des polders de sa platitude footballistique. Jusqu'à cette rentrée 1966, les Bataves ne parlaient ballon qu'au passé en contant les exploits d'Abe Lenstra. Légende du SC Heerenveen et quatrième meilleur buteur de l'histoire ex-aequo avec Cruyff (47 sélections, 33 pions), cet attaquant de grande facture aurait pu connaître un destin à la Johan si ses coéquipiers et lui s'étaient mieux dépatouillés pendant le baby-boom. La Coupe du monde et l'Euro lui passeront sous le pif. Cruyff se frottera à cette frustration en 1970 et 72. À chaque fois pour un cheveu. Au Stadion Feijenoord, la mèche rebelle de Johan taille des croupières aux proprets Bene, Rákosi et consorts maculés de brillantine. Cruyff chahute les héritiers de L'Équipe d'or qui s'en sortiront à 2-2 et laveront l'affront au retour (2-1, octobre…





Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant