Pays-Bas: début du procès de l'homme qui a "failli casser Internet"

le
0
Pays-Bas: début du procès de l'homme qui a "failli casser Internet"
Pays-Bas: début du procès de l'homme qui a "failli casser Internet"

Le procès d'un Néerlandais qui a "failli casser Internet" en 2013 en appelant à "détruire" Spamhaus, entreprise européenne recensant les courriels indésirables, provoquant d'importantes pertes financières, s'est ouvert mardi à Dordrecht (sud des Pays-Bas).Sven Kamphuis, 39 ans, est accusé d'avoir mené différentes attaques dites de "déni de service" (DDOS), d'une ampleur inconnue jusque là et qui avaient ralenti le trafic internet à l'échelle mondiale. Ces attaques, qui permettent de bloquer un site en envoyant un nombre très élevé de demandes de connexions non sollicitées, avaient pour cibles Spamhaus et certains de ses partenaires aux Etats-Unis, aux Pays-Bas et en Grande-Bretagne. L'entreprise, basée à Genève, publie des "listes noires" dont se servent les messageries pour filtrer les mails indésirables.Peu de temps avant l'attaque, qui a duré plusieurs jours, Spamhaus avait placé sur sa liste noire le fournisseur d'accès à internet néerlandais Cyberbunker, qui s'était plaint d'être présenté comme un paradis de la cybercriminalité et des spams. Sven Kamphuis se présentait lui-même sur les réseaux sociaux comme "le ministre des Télécommunications et des Affaires étrangères de la république Cyberbunker".Selon le parquet, M. Kamphuis, également accusé d'avoir piraté une adresse IP et participé à une organisation criminelle, a donné l'ordre de mener des attaques contre le groupe Spamhaus à un adolescent britannique, connu en ligne sous le surnom de "Narco", en lui envoyant un message lapidaire: "Détruis-le".Pour l'accusé, Spamhaus est "une organisation qui censure, fait du chantage et, en plus, abuse de son marché", a rapporté son avocat Marcel van Gessel.Son client n'est pourtant pas l'auteur de l'attaque, a souligné l'avocat, pointant du doigt "Narco", déjà condamné à 240 heures de travail d'intérêt général pour cette ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant